logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/09/2013

Au comptoir des souvenirs d'enfance : Les Maîtres du Mystère avec la musique

Et si on rallumait la radio?

 

 

Comme aurait dit  Marcel

« Longtemps je me suis couché (e) de bonne heure »

mais il y avait dérogations

dans le déroulement du rituel hebdomadaire :

c'étaient les soirs de radio.

Je fais partie de ceux qui n'ont pas connu la télévision,

mais qui vécurent au rythme des ondes radiophoniques.

Chez nous,

il y avait un gros poste enfermé dans un meuble,

je tournais le bouton,

le « clic  » d'allumage est encore présent à mon oreille.


Rien ne se passait.


Il fallait attendre la chauffe des ampoules,

puis progressivement,

un œil vert apparaissait sur la façade du poste,

lumière qui devenait de plus en plus vive,

et s'ornait d'une pupille noire.

La recherche de la station était lente,

et la qualité sonore était ma foi, tout à fait honorable.

Combien d'heures ai-je passées avec le poste pour compagnon?

J'avais mes émissions de prédilection ,

le Jeu des Cent Mille francs

puis des Mille francs

la Tribune de l'Histoire

La Musique est à vous,

de Jean Fontaine

le Masque et la Plume, La tribune des critiques de disques, 

 

mais le mardi,

je délaissais le petit salon pour me réfugier dans la salle de bains

où j'emportais le premier transistor, un truc volumineux et gris

qui avait ce pouvoir merveilleux de fonctionner là où je voulais.

Le mardi, c'était mon heure frisson,

l'instant où je renouais avec les peurs enfantines des contes cruels,

la saint Nicolas en est une belle illustration ;

Histoires sanglantes et féroces,

sorcières et punitions, serpents et dragons. ..


J'avais passé l'âge des contes 
mais à 12 – 13 ans,

je découvrais l'angoisse

des intrigues policières radiophoniques avec la diffusion de l'émission

de Pierre Billard et Germaine Beaumont,

« Les Maîtres du Mystère »

*

medium_pierre_billard_et_germaine_beaumont.jpg

*

Je découvris Rosy Varte, Michel Bouquet, Juliette Gréco

qui sans répéter, lisaient d'un premier jet leur rôle.

La radio, formidable véhicule d'imaginaire

entrait dans mon univers bien clos.


Tout le monde était passé
à la salle de bains

et je prenais possession des lieux.


Assise sur le rebord
de l'antique baignoire à pieds,

je plongeais avec délice mes pieds dans l'eau chaude coulée

dans le bidet.

Il faisait froid dans cette pièce, pas de chauffage,

les toilettes d'hiver se déroulaient prestement,

mais là,

les pieds dans la brûlure de l'eau , j'étais au comble du bonheur :

j'allais avoir peur.

Je savais que ma terreur viendrait ,

quelque soit l'histoire racontée car ce qui m'attirait ,

c'était le générique ,

une musique « effroyable »  qui courait le long de mon échine ,

le tic tac de grosse comtoise,

et une longue plainte grinçante

qui montait,

descendait,

s' arrêtait en suspens

sur une note plus aiguë,

une oscillation à taper sur les nerfs,

les ondes Martenot utilisées par André Popp

J'ADORAIS !

la voilà cette sacrée musique !

 

 

          Les bruitages parfaits accentuaient

cette atmosphère terrifiante,

la musique revenait au cours de la diffusion,

les meurtres rivalisaient avec les trahisons,

mais surtout ,

la musique m'envahissait.


Un bien être masochiste,

- tiens l'eau du bidet fraîchit,

je remettais alors une gigoulette de chaude, et jusqu'à la fin,

les fesses maltraitées par l'étroitesse du rebord de la baignoire,

je dégustais , seule, cet instant privilégié.

Il m'est arrivé depuis à quelques reprises de capter des bribes

de cette mélodie insupportable, par hasard,

mais que ne donnerais-je

pour revivre encore cette heure d'égoïsme hebdomadaire

radiophonique?

*

medium_radio.jpg

 

 

 

 

 

Commentaires

Chez nous aussi il y avait un poste de radio de ce style qui était sur une étagère dans la cuisine et nous étions autour de la table à l'écouter, souvent maman tricotait ou faisait du raccommodage.
On écoutait en silence comme toi le jeu des mille francs puis les pièces de théâtre.....
La vie était belle en ce moment là .....
Ce sont d'heureux souvenirs de famille.
Bonne journée
Bisous
Anita

Écrit par : anita | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

Comme Anita je partage ces souvenirs de Radio les plus marquants pour moi==
durant la guerre le brouillage des émissions venus de Londres avec les messages personnels
si mystérieux -- la découverte de l'Opéra -des pièces de théatre --j' ai un souvenir
MERVEILLEUX D' EDWIGE FEUILLÈRE DANS BÉRÉNICE écouté dans mon lit avec du feu dans la cheminée un soir d' automne 19----51 je crois ! bonne journée à vous N

Écrit par : astree | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

quels souvenirs! c'est une émission dont je n'ai pas souvenir par contre c'est les enquêtes de Sherlock Holmès qui me reviennent en mémoire, ensuite ce fut Arsène Lupin je me souviens "
qui dois-je annoncer monsieur?"
"Arsène Lupin, gentleman cambrioleur!
quelle joie demeure!
merci bonne fin de journée
Dédé

Écrit par : André LUCAS | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

geneviève tabouis attendez vous à savoir
pierre Bonte et bonjour Mr le maire
les chansonniers du grenier de montmartre
et les autres ....les feuilletons
de nos jours , nous sommes envahis
plus de place pour l'magination ,c'est la cacophonie ! amitiès

Écrit par : ventdamontnt | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les anciens s'en rappellent tous de cette radio et même des musiques, parfois elle était lugubre, selon, l'émission. A savoir qu'aujourd'hui, tous ces anciens postes TSF sont recherchés, même ceux qui ne fonctionnent plus, juste pour la décoration.

Jolie note nostalgique.

Écrit par : judith | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

Ah ! la radio ! Que c'était curieux une voix qui sortait d'une espèce de caisse. Je me souviens, que mon frère nous avait fabriqué un poste à galène. C'était ce qu'il avait appris à l'école et c'était son examen de fin de première année. Puis ensuite pour avoir le CAP il avait dû monter un poste de radio que l'on a encore d'ailleurs.
Je me souviens que ma belle-mère transportait sa radio dans un coin du jardin pour écouter tous les jours le feuilleton "Noëlle aux quatre-vents". Souvenirs.....souvenirs....
Merci de cette remontée dans le temps.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 22/09/2013

Répondre à ce commentaire

Merci de nous rappeler les maitres du Mystère . Je vois que tu en gardes un excellent souvenir !
Pour nous c'était différent , nous allions écouter l'émission dans la voiture ! C'était un peu fantasque mais nous ne manquions pas le rendez-vous !
Mon mari choisissait des coins solitaires et lugubres pour que les bruitages soient plus ressentis ! De quoi nous faire frissonner , parfois !
Mémé Alice aimait bien cette sortie nocturne et nous passions de bien agréables moments .
. Bonnes journées près du bassin " quelle chance tu as " PROFITES-EN BIEN ......
Bises ensoleillées . huguette

Écrit par : macary huguette | 26/09/2013

Répondre à ce commentaire

Je suis heureux de voir que plein d'autres gardent un tel souvenir de nos soirées collés devant le poste radio que nous regardions en famille tous groupés comme s'il y avait les images !

Pourriez-vous si c'est possible m'envoyer en bande son simplement les premières minutes de la musique du générique, je voudrais l'envoyer à mon frère et ma soeur et leur faire la surprise, je suis sûr que ces notes les feront frémir tout comme moi, x années après...
Merci d'avance

Écrit par : daniel Gauthier | 05/11/2017

Répondre à ce commentaire

C'est fait, je n'ai pas l'indicatif seul, je vous envoie une pièce avec ,bien sûr, notre musique favorite .

Écrit par : fanfan du fatras | 05/11/2017

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique