logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/12/2013

Saint Nicolas :Les Oranges d'Alphonse DAUDET et l'étymologie du mot "orange "

En cette fête de la Saint Nicolas,  les oranges me viennent à l'esprit;

cadeau royal que   ce fruit  sucré, coloré, délicieux et lumineux au cœur de la saison triste,


Saint Nicolas en apporte toujours, accompagnées de noix, les fruits d'élection Oranges et noix, les délices de Saint Nicolas de  cette fête .


Une petite  digression :


comme le Père Fouettard est représenté avec le visage d'un Noir, des associations  anti racistes   font demander la disparition  de la Saint  Nicolas


Ils étaient plusieurs centaines à manifester, samedi dernier, dans un parc du centre de La Haye, aux Pays  Bas  . Une quarantaine d'entre eux s'étaient pour l'occasion grimé le visage en noir, les lèvres d'un rouge écarlate, arborant sur leur tête une coupe afro. Tous étaient présents pour défendre une fête populaire très en vogue dans le pays, mais aujourd'hui attaquée pour «racisme».

La tradition, qui remonte aux années 1850, veut en effet que le Père Fouettard néerlandais, appelé là-bas «Zwarte Piet» (Pierre le Noir), ait le visage noir et soit habillé de vêtements colorés avec de gros anneaux dans les oreilles. Il accompagne, le troisième dimanche de novembre, saint Nicolas dans sa distribution de jouets. Si, en France, le Père Fouettard fait toujours peur aux enfants, aux Pays-Bas, le Zwarte Piet est quant à lui considéré comme un blagueur inoffensif, apportant de la gaieté à la fête. Mais la légende quant à sa couleur noire reste floue. On parle d'un Maure amené par les Espagnols, du «diable» accompagnant Saint-Nicolas, d'un serviteur africain, quand d'autres expliquent que le personnage est noir simplement parce qu'il descend dans les cheminées.

 Aux Pays-Bas, le célèbre acolyte de Saint-Nicolas a la peau noire, les lèvres bien rouges et les cheveux hirsutes. Il est aujourd'hui menacé par une commission de l'ONU qui y voit «un retour à l'esclavage»...Cette année, la polémique prend de l'envergure avec l'ouverture d'une enquête consacrée à ce sujet de la part d'une commission du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. La présidente de cette commission, la Jamaïquaine Verene Shepherd, a indiqué que «le groupe de travail ne comprend pas pourquoi les gens aux Pays-Bas ne peuvent pas voir qu'il s'agit d'un retour à l'esclavage et qu'au XXIe siècle cette pratique devrait cesser». Cette dernière s'est ensuite attiré les foudres du public néerlandais en suggérant de supprimer la fête de Saint-Nicolas pour ne conserver que la fête de Noël.

Dans un sondage publié samedi par le quotidien populaire De Telegraaf, 66% des 10.000 personnes sondées estiment que la fête de Saint-Nicolas ne pourrait pas avoir lieu sans son acolyte, et près de 96% des sondés estiment que le débat sur l'éventuelle suppression du Zwarte Piet doit cesser. 

 

  Comme  cela  du haut  de son paradis bien gagné doit faire sourire   Nelson Mandela, qui lui, a su  ce qu'était le véritable racisme...et  s'est battu sur des valeurs à abattre,  mais là!


 

 Et je ne peux m'empêcher de  rajouter l'étymologie extraordinaire  du nom "orange ", un mot qui a voyagé ; pour le plaisir je vous recommande le 

Dictionnaire des mots français  d'origine arabe "

(Coll. Points Seuil)  de  Salah  Guemriche .



Journaliste indépendant algérien, à l'exception de quelques années au magazine Parole et musique, Salah Guemriche vit en France depuis 1976. 

Son statut d'intellectuel algérien lui permet de s'exprimer dans

divers journaux dont Libération, Courrier de l'UNESCO et La

Croix. Il est aussi l'auteur d'un recueil de poèmes, 'Alphabétiser


le silence' et de deux romans, 'L' Homme de la première phase'

et 'Un été sans juillet'.  


Le voyage  de l'ORANGE :




Ce mot vient du persan (langue indo européenne ) "narang" par


l'intermédiaire de l'arabe. On peut constater le disparition du -n

initial (certainement confondu avec l'article indéfini.)


Il est cependant conservé dans le vénitien naranza ou l'espagnol

naranja;

autre élément étonnant : le -o initial: l'italien a supprimé le -n

comme le français mais a conservé le -a : arnacia.

A l'origine, l'orange désignait l'orange amère : c'est elle que les

Vénitiens appelaient naranza. En grec ancien, l’orange se disait 

χρυσόμηλον, c'est-à-dire pomme d’or, malheureusement aujourd’hui

en grec moderne, l’orange a l’appellation πορτοκαλί et les oranges

amères portent le nom de νεράντζι qui est proche du mot vénitien

naranza. A noter que or et orange avaient la même signification.


Ces oranges amères sont apparues en Italie au XIe siècle, elles

ont été transmises par les Perses aux Arabes qui les ont importées en Sicile 


L'orange que nous connaissons de nos jours est l'orange douce,

originaire  de  Chine et qui  a été introduite en Europe vers les

XVI/XVII° siècles,à partir de l'Inde par les Portugais (d'où


l'appelation de l'orange signifiant -du Portugal dans certaines


langues:

albanais : portokallë,

bulgare :portokal,

grec : portokali,

roumain : portocală,

turc : portokal)...


 Avant cela, nous ne connaissions que l'orange amère  Cette orange

douce fut ensuite appelée "Pomme de Chine". 


Furetière écrit orenge (ce terme désigne les oranges amères) 


pour les oranges douces : 


orenge de Portugal (cf. arabe bordogal 
ou orenge de Chine (cf. allemand "Apfelsine" , pomme de  Chine,

  en néerlandais" Sinaasappel", en  arabe maghrébin "China " )  

 



 


en latin (botanique) orange s'écrit aurantium (cf. or du latin


classique aurum) 

 


le terme botanique est citrus aurantium  (pour l'orange douce) 


Me revient à l'occasion le merveilleux souvenir des oranges du

jardin  de  Valencia, oranges qu'il suffisait de serrer en  écartant

les doigts pour qu'elles  s'ouvrissent en laissant couler leur  nectar

sucré!

Ah les  oranges  de Valencia ! ! !



Et maintenant, voyons quel jus en  produit la prose si poétique de Daudet.

-------------------------------


 

 

Pour bien connaître les oranges,il faut les  avoir vues  chez elles,

aux îles Baléares, en Sardaigne,en Corse, en Algérie,

dans l'air bleu doré, l'atmosphère tiède de la Méditerranée.

Je me rappelle un petit bois d'orangers à Blidah :

c'est là qu'elles étaient belles !

 

*

medium_medium_orangeraie1024.jpg

 

Dans le feuillage vert sombre,lustré, vernissé,

les fruits avaient l'éclat de verres de couleur,  et doraient l'air

environnantavec cette auréole de splendeur

qui entoure les fleurs éclatantes.

Ça et là des éclaircies laissaient voir à travers les branches

les remparts de la petite ville, le minaret d'une mosquée,

le dôme d'un marabout,et au-dessus de l'énorme masse de l'Atlas,

verte à sa base, couronnée de  neige comme d'une fourrure blanche,

avec  des moutonnements,un flou de flocons tombés.

Une nuit, pendant que j'étais là,

je ne sais par quel phénomène ignoré depuis trente ans,

cette zone de frimas et d'hiver se secoua sur la ville endormie ,

et Blidah se réveilla transformée, poudrée à blanc.

Dans cet air algérien si léger,si pur,

la neige semblait une poussière de nacre.

Elle avait des reflets de plumes de paon blanc.

Le plus beau, c'était le bois d'orangers.

orangers  sous la neige.jpg

 

Les feuilles solides gardaient la neige intacte et droite

comme des sorbets sur des plateaux de laque,

et tous les fruits poudrés à frimas avaient une douceur splendide,

un rayonnement discret comme de l'or voilé de claires étoffes

blanches.

*

medium_oranges_sous_la_neige.jpg

*

Cela donnait vaguement l'impression d'une fête d'église,



de soutanes rouges sous des robes de dentelles, de dorures

d'autel enveloppées de guipures...

 Mais mon meilleur souvenir d'oranges

me vient encore de Barbicaglia, un grand jardin auprès d'Ajaccio

où j'allais faire la sieste aux heures de chaleur.

Ici les orangers, plus hauts, plus espacés qu'à Blidah,

descendaient jusqu'à la route, dont le jardin

n'était séparé que par une haie vive et un fossé.

Tout de suite après, c'était la mer, l'immense mer bleue...

Quelles bonnes heures j'ai passées dans ce jardin !

Au-dessus de ma tête, les orangers en fleur et en fruit

brûlaient leur parfum d'essence.

De temps en temps, une orange mûre, détachée tout à coup,

tombait près de moi comme alourdie de chaleur,

avec un bruit mat, sans écho,sur la terre pleine.

Je n'avais qu'à allonger la main.

C'étaient des fruits superbes, d'un rouge pourpre à l'intérieur.

Ils me paraissaient exquis, et puis l'horizon était si beau !

 

Entre les feuilles, la mer mettait des espaces bleus éblouissants


comme des morceaux de verre briséqui miroitaient dans la brume

de l'air.Avec cela le mouvement du flot agitant l'atmosphère à de

grandes distances,ce murmure cadencé qui vous berce comme une

dans une barque invisible,la chaleur, l'odeur des oranges...

Ah ! qu'on était bien pour dormir dans le jardin de Barbicaglia !

*

medium_medium_zuani_verdure.jpg

*

Quelques fois cependant, au meilleur moment de la sieste,

des éclats de tambour me réveillaient en sursaut.

C'étaient de malheureux tapins qui venaient s'exercer en bas,

sur la route. A travers les trous de la haie,

j'apercevais le cuivre  des tambours  et les grands tabliers blancs

sur les pantalons rouges.

Pour s'abriter un peu de la lumière aveuglante

que la poussière  de la route renvoyait impitoyablement,

les pauvres diables venaient se mettre au pied du jardin, dans

l'ombre courte de la haie. Et ils tapaient ! et ils avaient chaud !

Alors , m'arrachant de force à mon hypnotisme, je m'amusais à

leurjeter quelques-uns de ces beaux fruits d'or rouge

qui pendaient près de ma main.

Le tambour visé s'arrêtait.

Il avait une minute d'hésitation, un regard circulaire pour voir

d'où venait la superbe orange roulant devant lui dans le fossé ;

puis il la ramassait bien vite et mordait à pleines dents

sans même enlever l'écorce.

 

Je me souviens aussi que tout à côté de Barbicaglia,

et séparé seulement par un petit mur bas, il y avait un jardinet

assez bizarreque je dominais de la hauteur où je me trouvais.

C'était un petit coin de terre, bourgeoisement dessiné.

Ses allées blondes de sable,bordées de buis très verts,

les deux cyprès de sa porte d'entrée,

lui donnaient l'aspect d'une bastide marseillaise.

Pas une ligne d'ombre.

Au fond, un bâtiment de pierre blanche  avec des jours de caveau

au ras du sol. J'avais d'abord cru  à une maison de  campagne ;

mais, en y regardant mieux,la croix qui la surmontait,

une inscription que je voyais de loin, creusée dans la pierre,

sans en distinguer le texte,me firent reconnaître un tombeau de

famille corse.Tout autour d'Ajaccio,

il y a beaucoup de ces petites chapelles mortuaires,

dressées au milieu de jardins à elles seules.

La famille y  vient le dimanche, rendre visite à  ses morts.

Ainsi comprise, la mort est moins lugubre

que dans la confusion des cimetières.

Des pas amis troublent seuls le silence.

*

medium_medium_cim_fleuri.jpg

*

De ma place,

je voyais un bon vieux trottiner tranquillement dans les allées.

Tout le jour il  taillait les arbres,bêchait,arrosait,

enlevait les fleurs fanéesavec un soin minutieux ;

puis au soleil couchant, il entrait dans la petite chapelle

où dormaient les morts de sa famille;

il resserait la bêche,les râteaux, les grands arrosoirs;

tout cela avec la tranquillité ,

la sérénité d'un jardinier de cimetière.

 *

medium_medium_cim_marin.jpg

 

Pourtant, sans qu'il s'en rendît  bien compte,

ce brave homme travaillait avec un certain recueillement ,

tous les bruits amortis et la porte du caveau

refermée chaque fois discrètement,

comme s'il eût craint  de réveiller quelqu'un. 

Dans le grand silence radieux,

l'entretien de  ce jardin ne troublait pas un oiseau,

et son voisinage n'avait rien d'attristant.

Seulement la mer en paraissait plus immense, le ciel plus haut,

et cette sieste sans fin mettait tout autour d'elle,

parmi la nature troublante,accablante à force  de vie ,

le sentiment de l'éternel repos...

 

 

Texte : Alphonse DAUDET

in Les Lettres de mon Moulin

1840 - 1897

 

 

Photographies:  source Internet


LES ORANGES

TEXTE LU par FERNANDEL



 

*

 

Commentaires

OK j'ai compris, et je suis d'accord avec vous, mettre n'importe quoi n'importe où n'a pas de sens. L'on met un commentaire pour approuver, compléter ou critiquer une note et c'est tout. Autrement celà devient du harcélement, de l' imbécilité ou de la....... drague.
Avec les Orangers, vous m'avez fait retourner 60 ans en arrière. Lors des "évennements" comme l'on disait, la République m'avait offert un séjour dans un ferme nommée ferme Monréal du nom de son propriétaire, située entre Dublineau et Bou Hanifia. C'était une plantation d'oranges Tomson et nous pouvions en déguster à volonté à condition de ne pas les récolter nous mêmes. Paraît il que celà abime les arbres ?

Écrit par : renard le vieux | 05/12/2013

Répondre à ce commentaire

Deux de mes frangins ont fait la guerre d'Algérie et me parlaient de Blidah ,mais je ne me souviens pas de les avoir entendus parler des orangers.Ils avaient sans doute d'autres soucis.Bises ;tu donneras le bonjour à Alphonse .Zut c'est vrai qu'il est mort!ça me fait penser aussi qu'aujourd'hui un humaniste hors du commun vient de nous quitter.Bises

Écrit par : heraime | 06/12/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique