logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/10/2014

Le Musée Guggenheim à Bilbao

 Retour sur le  20 septembre :

 

Une journée formidable, temps  rêvé, fin d'été au Pays Basque espagnol, el  País Vasco pour  la visite de l'exposition  Georges BRAQUE,

                        le Maître !

 Ouvert en 1997,  le Musée Guggenheim est un assemblage magnifique  de pierre, de verre et de surfaces réfléchissantes  en titane, qui   au gré  de la lumière du jour, font chanter les reflets, les couleurs.

 Tout  en courbes, aucun angle droit, pas  de parallèles, le Musée semble un vaisseau posé sur les rives de la ria   de Bilbao et dont les plaques  de titane épousent les variations colorées du jour, argentées, dorées, ombrées. A l'intérieur, comme à l'extérieur, des courbes voluptueuses, larges, douces, enveloppantes, la cathédrale se fait ventre maternel, on est bien malgré l'immensité des volumes. Une pure merveille qui éblouit  le monde entier venu admirer, et son architecture, et ses expositions exceptionnelles.

 On raconte en Espagne que le Roi Juan Carlos, découvrant le  Guggenheim de Bilbao, lâcha une vigoureuse et fort peu royale exclamation de surprise.

Il est vrai que le bâtiment de l'architecte  américano-canadien

Frank O. Gehry fait partie des rares constructions qui provoquent

un choc immédiat.

 Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, il ébahit. L'année suivant son

inauguration, en 1998, 1,3 million de visiteurs étaient accourus de

tous les continents pour voir cette énorme fleur de titane poussée

au bord du fleuve Nervion.

 

 Brusquement, Bilbao devenait la destination à la mode.bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

pays basque,bilbao,espagne,guggenheim,georges braque,cubisme,fauvisme,papiers collés,jean paulhan,rené char,francis ponge

 

 

 

 Mieux : grâce à l'impulsion donnée par ce musée hors normes, la

 

ville basque prenait son élan vers un destin entièrement nouveau.

 

Bondissant hors du cercle des villes moyennes où l'avait confinée le

 

déclin de ses chantiers navals, elle se taillait une jolie place sur

 

la Guggenheim" : une véritable déflagration qui a durablement

 

marqué les mondes  de  l'urbanisme et de l'architecture.

 

 

 

 Quinze ans après, le monstre étincelant attire encore un million de

visiteurs chaque année, dont deux tiers d'étrangers.

 

 24 000 mètres carrés,  20 salles d'exposition, des

 milliers de tonnes de béton et de plaques métalliques :

  J'ai adoré  cette sculputure  lumineuse, ondoyante qui reflète le

 ciel et les eaux du Nervion.

  Ne  vous contentez pas seulement des images, allez, si vous le

pouvez,  l'admirer en "pieds",  vous ne pourrez échapper à son

charme, à son esthétique époustouflante

 

 En cet été 2014 , le Musée  Guggenheim nous a offert un extraordinaire voyage  chronologique dans l'oeuvre de Georges BRAQUE. Pas moins  de 8 salles consacrées au génie du Cubisme , "le Maître" disait Malraux. Émotion  aussi devant les lettres envoyées ou reçues (Francis Ponge, Jean Paulhan,Saint John Perse, et l'ami de toujours René Char...) et le sublime dessin  de Giacometti  représentant le visage Braque sur son lit de mort en 1963.

Nous avons aussi beaucoup apprécié l'autre exposition

"La Matière du temps  " de Richard Serra,

8 sculptures en acier patinable

 

 

La Matière du Temps permet au spectateur de suivrel’évolution des

formes sculptées de l’artiste, de la relativesimplicité d’une ellipse

double à la complexité d’une spirale.

Les deux dernières pièces de ce développement sont créées à

partir de sections de tores et de sphères qui génèrent divers

effets sur le mouvement et la perception du spectateur. En se

transformant de façon inattendue au fur et à mesure que le

visiteur les traverse et en fait le tour, elles créent une

vertigineuse et inoubliable sensation d’espace en mouvement.

La totalité de la salle devient partie intégrante du champ

sculptural : comme avec quelques-unes de ses sculptures

composées de nombreuses pièces, l’artiste organise les

oeuvres avec détermination pour déplacer le spectateur à

travers elles et à travers l’espace qui les entoure. La

distribution des oeuvres tout le long de la galerie donne lieu à

des couloirs de différentes proportions (larges, étroits,

allongés, comprimés, hauts, bas) toujours imprévisibles.

L’installation contient aussi une dimension de progression

temporelle : d’un côté, le temps chronologique qu’il faut pour

la parcourir et l’observer du début à la fin ; et de l’autre, le

temps de l’expérience dans lequel les fragments du souvenir

visuel et physique se figent, se recombinent et se revivent.

pays basque,bilbao,espagne,guggenheim,georges braque,cubisme,fauvisme,papiers collés,jean paulhan,rené char,francis ponge

 

pays basque,bilbao,espagne,guggenheim,georges braque,cubisme,fauvisme,papiers collés,jean paulhan,rené char,francis ponge

La matière du temps

 

 

 Nous avons  même fait une pause   au "Bistro", le restaurant  gastronomique du Musée, tout de rouge revêtu et qui nous a permis de déguster un excellent repas

 

(compotée d'agneau confit , pain perdu brioché crémeux, caramélisé et sa quenelle glacée,)bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collésbilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collésbilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

 

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

 

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

Georges Braque (1882−1963) est considéré comme l’un des

plus grands artistes du XXe siècle.

Peintre, graveur et sculpteur, il joua un rôle majeur dans deux

chapitres incontournables del’histoire de l’art moderne : la

création, avec Pablo Picasso et Juan Gris du Cubisme et l’invention

de la technique du collage,à travers ses expériences avec les

papiers collés.

Puis recentra son œuvre sur l’exploration méthodique de la nature

morte et du paysage. Braque devint le peintre français moderne

par excellence, héritier de la tradition classique mais aussi

représentant del’avant-garde, précurseur de l’abstraction d’après-

guerre.

Cette grande rétrospective de son œuvre, organisée à l’occasion du

50e anniversaire de la mort de l’artiste, nous invite à parcourir

toutes les étapes de sa trajectoire artistique, depuis le Fauvisme –

il exposa avec les jeunes Fauves au Salon des Indépendants de

1907 – jusqu’à sa production tardive, qui culmine dans les séries

éblouissantes consacrées aux ateliers et aux oiseaux, en mettant

l’accent sur les grandes étapes de son travail, comme le Cubisme,

les Canéphores des années vingt ou ses derniers paysages, tant

appréciés de Nicolas de Staël.

 

 Grâce à des prêts exceptionnels consentis par le Centre Georges

Pompidou ainsi que par d’autres grandes collections publiques ou

privées du monde entier, l’accrochage comprend près de 250

œuvres, ainsi que des documents qui nous éclairent sur d’autres

aspects de son activité, comme sa collaboration avec Pablo Picasso,

la relation étroite entre son art et la musique (domaine où se

manifeste son amitié avec Erik Satie) et la complicité qui l’unissait

aux poètes Pierre Reverdy, Francis Ponge et René Char ou à

certains intellectuels majeurs de l’époque, comme Carl Einstein ou

Jean Paulhan. En définitive, une exposition qui situe l’œuvre du

grand maître du Cubisme, Georges Braque, à la place qui lui revient

dans l’histoire de l’art, en offrant au spectateur la possibilité de

redécouvrir un travail exigeant, tourmenté et profond.

 

 Suivent quelques tableaux, chacun représentant une période dans

l'évolution du travail et de la recherche  du peintre.

 

 

Braque et le Fauvisme 1906-1907

 

Paysage de l’Estaque, 1906–1907
Huile sur toile 
50 x 61cm
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne,

Paris Dation, 1986

 

 

le Cubisme

1908-1909

Le Viaduc de l’Estaque, début 1908
Huile sur toile 
72,5 x 59 cm
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne,

Paris Dation, 1984

 

 

Cubisme analytique

1909-1912

Piano et Mandore, hiver 1909–1910
Huile sur toile ; 91.7 x 42.8 cm
Solomon R Guggenheim Museum, New York 54.1411

 

 

 

Papiers collés

1912-1914

La Guitare, 1912
Fusain, papier faux bois collé sur papier 
70,2 x 60,7 cm
Collection particulière

 

 

 

Cubisme synthétique

1913-1917

Guitare et verre, 1917
Huile sur toile 
60,1 x 91,5 cm
Kröller-Müller Museum, Otterlo

 

 

 

Natures mortes

1919-1929

Fruits sur une nappe et compotier, 1925
Huile sur toile ; 130,5 x 75 cm
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris.

Achat à l’artiste 1947

 

 

 

 

Nus et canéphores

1922-1930

Canéphores, 1922
Huile sur toile 
Huile sur toile 
180,5 x 73 cm chacune
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris
Legs de Baronne Eva Gourgaud, 1965

 

 

 

Natures mortes, intérieurs et figures

1932-1939

Femme à la palette, 1936
Huile sur toile 
92,1 x 92,2 cm
Musée des Beaux-Arts, Lyon
Legs de Jacqueline Delubac, 1997

 

 

 

 

Varengeville, vanités, intérieurs , ateliers

1941-1949

Les Poissons noirs, 1942
Huile sur toile 
33 x 55 cm
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris

Don de l’artiste, 1947

 

 

 

 

 

Les billards

1941-1949

Le Billard, 1944
Huile et sable sur toile 
130,5 x 195,5 cm
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris,

Achetée à l’artiste en 1946

 

 

 

Les ateliers

1949-1964

Taller IX (Atelier IX), 1952-1956
Huile sur toile
146 x 146 cm
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, París
Dación, 1982

 

 

 

 

Les oiseaux 

1949-1964

L’Oiseau noir et l’oiseau blanc, 1960
Huile sur toile ; 134 x 167,5 cm
Collection particulière

 

 

 

Les derniers paysages

1955-1963

(Les Champs de colza) , 1956-1957 Huile sur toile, 37 x 81,5 cm

(avec cadre, peint par l'artiste) 

collection privée 

 

 

Les ballets

1924-1926

 


Maquette du ballet «Les Fâcheux», 1923


Gouache sur carton


43,9 x 51 x 10,1 cm


Collection particulière

 

bilbao,guggenheim,pays basque,georges  braque,rétrospective,cubisme,fauvisme,les compotiers,les bougeoirs,papiers collés

Commentaires

Un musée étrange et attirant en même temps
J'aimerais cette visite que tu nous contes si bien
Ce qui m'a toujours attirée chez Braque c'est sa capacité à créer des nuances de gris superbes et toujours différentes
Merci pour ce beau reportage
Bonne soirée Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 01/10/2014

Répondre à ce commentaire

J'espère en effet que te donnant du mal dans un article aussi étoffé çà serait péché de ne pas avoir de commentaires. Etrange je t'avoue ne pas adhérer à ce genre d'art. Donc si je comprends ta réponse chez moi c'est bien calme ici aussi. Pour l'instant je t'avoue etre surprise d'autant de commentaires. Comme tu dis d'abord prendre plaisir pour soi sinon ... quitter le navire, mais çà je sais faire bonne soirée

Écrit par : Suzanne | 01/10/2014

Répondre à ce commentaire

la visite de ce "Gougenheim" a été une découverte sans lendemain pour moi, pas pour le "contenant" qui, bien que faisant tache... dans la ville, est intéressant pour l'architecture et le concept, mais le contenu m'a désolé et je me suis dit, une fois de plus en visitant ce type d'endroit : "dommage pour l'argent dépensé à la réalisation et pour celui payé pour la visite..." !
Néanmoins, il faut espérer qu'un jour les choses changeront et que cette masse d'argent servira enfin à faire le bien ... n'est ce pas ?
Bonne journée
D.
Coucou Suzanne... ;o)

Écrit par : Doume | 02/10/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour fanfan, merci pour ces photos qui me donnerait envie d'aller à Bilbao. Comme musée Guggenheim, je connais le musée situé à Manhattan est qui est moins grand, l'entrée est chère et les deux fois où j'y suis allée, je n'ai pas été convaincue par les expos. Celui de Bilbao me parait nettement plus intéressant. Merci et bonne journée.

Écrit par : dasola | 02/10/2014

Répondre à ce commentaire

En regardant tes photos cela semble gigantesque......
mais j'avoue que ce n'est pas le style que je préfère, mais néammoins c'est une sacré construction.....
Merci pour le partage
Bonne journée
Anita

Écrit par : Anita | 02/10/2014

Répondre à ce commentaire

j'apprécie georges Braque et l'écrin de l'Expo vaut le détour
beau voyage culturel !
j'ai vu à la TV que quèque chose de ressemblant va ouvrir à Paris
au bois de Boulogne si je n'm'abuse ! amitiès

Écrit par : ventdamont | 03/10/2014

Répondre à ce commentaire

Photos-- Textes--- explications--- commentaires B R A V O cela est digne de figurer dans une
revue d' art ---- CONNAISSANCE DES ARTS a fait aussi un beau numéro spécial sur ce musée
il ya longtemps --- j' ai beaucoup apprécié ton article sur Braque --j' ai appris au fil des années
à aimer l' art moderne mais Braque c'est déjà du " classique " !!! bonne journée N

Écrit par : astree | 03/10/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique