logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/02/2016

Chez Germaine, un parfum de nostalgie à Paris

 Déambuler  dans les  quartiers  qui me sont  si  précieux  prétexte à évoquer un  petit endroit qui n'est plus, à tout  le moins, qui n'est plus  celui que nous avons connu,

 

restaurant-chez-germaine-0

  Madame  Germaine ?  

 

              disparue, elle  aussi ?

 Son époux Fernand était mort dans les années 90 ,

 le petit restaurant existe toujours mais n’est plus  cet endroit  qui nous

 a tant de tant  de fois accueillis pour des repas si sympathiques :

 

 

 

C'était comme  ça, chez Germaine, 30  rue Pierre Leroux,germaine.jpg

 

qui ne  connaissait pas  Chez Germaine ne connaissait pas  Paris !

 

 

 c'était ainsi  que nous l'avons connu, ce minuscule restaurant du 7° arrondissement,

depuis 1953 , chez Germaine, on  ignorait le temps , quelques plats de ménage , concoctés avec amour,   sortis  tout droit des  marmites  de grand mère, on y mangeait très simplement  et délicieusement , comme au Bouillon Chartier, mais  de manière beaucoup plus intime et familiale,  au coude à coude, partageant  les conversations  des  voisins  de table et des habitués.  

 

C'était là notre  cantine.

 

 

Quelle douce  nostalgie, quand   je  me rappelle les attentes  devant la  petite vitrine,  sous la neige, la pluie,  le vent ou dans le grand  cagnard parisien  de  juin !  Quelle douce nostalgie   que d'évoquer Madame germaine,   son grand   rondeau blanc ceinturant sa taille  large,  son   ton gouailleur  quand elle  montrait le bout  de  son nez pour annoncer " trois  personnes ! " devant la file impatiente  de rentrer au paradis.

 

  Quand  l’annonce nous correspondait, nous  nous engouffrions  vite  fait, la table  libérée nous attendait, déjà Colette  l'avait  nettoyée et posait  deux  assiettes  blanches.

 

  Son gentil  sourire  accompagnait son affirmation,

    "une demi-rosé ";

 

habitués, nous  étions, et Fernand  , le patron  ne  s'y trompait pas  , qui venait  faire  un bon  bout de causette  avec  nous, jamais  avare  de plaisanteries  et de remarques savoureuse .

" Quelle chance   vous avez d'avoir une jolie femme   " et nous  de rire    de bon cœur!

 

  "Chez Germaine" était un lieu de rendez-vous,

 des   lambris en  plastique, des placards -  glaciaires  en formica, petits  tables  de  bois et chaises bistrot, resto   100%  parisien, ardoise   griffonnée  à la craie, les habitués du quartier, le médecin  qui passait   vers  13 heures  30  se poser  devant  le  plat  du jour, un comédien  dont je reconnaissais  le physique  étonnant, des fonctionnaires  des ministères proches, quelques touristes égarés !  et bien sûr, les grands , ou les professeurs  de l'Institut des Jeunes Aveugles tout proche. Muriel   et son chien guide , couché  sagement à ses pieds, de  bruyants et joyeux  élèves...

 La maison les connaissait par cœur, et si la carte n'était pas en braille, Colette prenait tout son temps pour détailler les propositions  du jour , et n'omettait jamais  de ramener les viandes découpées en petits morceaux pour ceux  qui avaient du mal avec leur couteau;

 

on mangeait dans un brouhaha  convivial qui parfois prenait tant d'ampleur  que  Fernand  attrapait la grosse cloche à vache pendue derrière la minuscule - caisse - comptoir, l'agitait violemment pour ramener un peu   de calme, c'était sympathique, chaleureux et tellement  délicieux !

 Entre  blanquette, pot-au-feu, bourguignon, brandade et clafoutis  crémeux inimitable et jamais  égalé, "chez Germaine" nous  a fait vivre, pour trois francs  six sous  des instants mémorables.  A deux, nos additions  tournaient autour  de 40 francs, pas   de café chez Germaine,  ça prenait trop  de  temps, et il fallait libérer les lieux rapidement, car toujours  du monde attendait  devant la vitrine !  On   retrouvait Fernand derrière  sa caisse enregistreuse, et c'était nous qui lui annoncions   ce  que nous avions  pris : il écrivait  le total au crayon à papier, et faisait toujours confiance à ses clients;

 Nous quittions  le lieu , enchantés, et remontions gaiement la rue de Sèvres pour un petit café serré au Duroc, ou  au François Coppée, c'était rituel !

 Certains jours, disposant  de   davantage  de temps, nous poussions  vers la Seine  par la rue du Cherche -Midi ou la rue Servandoni jusqu'à Saint Germain .rue du Cherche-Midi - Paris 6e/15e

rue Servandoni - Parisplace Saint-Germain-des-Prés - Paris

 

  Paris -Nostalgie.....la vie ne  repasse pas les plats, surtout ceux  de Germaine. La maison  a  été vendue, revendue, je n'y reviendrai guère, je n'y reviendrai pas.

Commentaires

Les souvenirs de notre Jeunesse sont toujours mélancoliques--- mais c' est délicieux de les revivre
néanmoins !!

Écrit par : astree | 09/02/2016

Répondre à ce commentaire

Quel beau texte! Il me fait remémorer les lieux de rencontre de notre jeunesse, les bistrots enfumés où il faisait bon de refaire le monde... Je n'ai pas connu Germaine, mais des bistroquets comme elle, ou comme Fernand, j'en ai plein la tête. Les lieux sont toujours là, mais depuis si longtemps, ils ne ressemblent plus à mes souvenirs... et je n'ai plus autant de plaisir à palabrer sans fin... la jeunesse s'en est allée!

Écrit par : Gine | 09/02/2016

Répondre à ce commentaire

Malheureusement, je n'ai pas connu Germaine de Paris.
Il y a bien un petit restaurant près du lac de Payolle, Chez Germaine, bien renommé aussi, car on y a toujours mangé bon, pas cher et typique. Peut-être sont-ce les Germaine qui sont ainsi ?
J'ai bien aimé ton texte sincère et nostalgique.
Bien amicalement.

Écrit par : clara65 | 09/02/2016

Répondre à ce commentaire

Nous avons tous en mémoire un petit restaurant, simple et accueillant. Dans ma ville il yen a un où la cuisine est faite la patronne et le service par le patron; dans une ambiance de cantine scolaire! Bises Hélène

Écrit par : héléne | 10/02/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique