logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/03/2016

Andreï MAKINE, le Russe Immortel

   Je dédie cette note  à mon  fidèle et anonyme lecteur

 russe, qui, chaque jour, passe lire mes notes en toute

discrétion, qu'il trouve   ici le témoignage  de mon

admiration pour son pays. 

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

 L'écrivain d'origine russe Andreï Makine, lauréat du prix

Goncourt et du Médicis en 1995 pour Le Testament

français, a été élu à l'Académie française, jeudi 3 mars,

dès le premier tour, avec 15 voix sur 26 votants.

 

  Il occupe le siège laissé vacant par Assia Djebar,

morte un an plus tôt.

andreï Makine,  culture  union soviétique, sibérie, langue, france, académie française, élection,  immortel, francophonie

 

   Une   belle et légitime reconnaissance  pour Andreï

  Makine    dont l'œuvre  rédigée  dans une langue

  française magnifique, peut damer le pion à bien des 

  écrivassiers...et écrivassières hexagonaux .

Mais aussi une reconnaissance  envers la Russie  qui fut si

francophone ! dans les familles aristocratiques,

on  maitrisait parfaitement  le français  , les

enfants avaient des nounous et des précepteurs français,

plusieurs grands écrivains russes créaient leurs œuvres en

deux langues à la  fois  en russe et en français, qui était

presque leur langue maternelle, puisqu'ils le parlaient dès

leur petite enfance .

  Il était autrefois de bon ton, à la cour impériale

de Russie et dans l'élite culturelle et scientifique du pays,

d'utiliser le français comme langue véhiculaire. La langue

de Molière,  de Voltaire n'avait  aucun  secret pour

eux , nombre d'écrivains russes  ont émaillé leurs œuvres 

de phrases entières en français 

  ( Dans La Guerre et  la Paix, de Léon Tolstoï,

  un personnage du dit que « même étant né en Russie,

  il pense en français"   )

 

Je conserve un souvenir bouleversé 

          du   Testament français,

andrei.jpg

andrei testament.jpg

 

      un éloge   superbe à notre langue,

une histoire   de famille , un pan  de la Grande Histoire ,

récit   autobiographique   sensible  à travers la grand

mère française émigrée  en Sibérie entre  les deux

  guerres et qui  berce l'enfance  de  son petit fils de la

France, de Paris ; l'enfant  s'imprègne  de  cette

culture   si éloignée  géographiquement mais si proche,

  peu à peu accède à la langue , et  métamorphose  la

France  en son paradis , auquel il aspire, et finira par y

accéder.

   Aujourd'hui, voilà  Makine  au sommet  de la Culture

française  et c'est plus que mérité, lui qui s'est fait   le

chantre de la francophonie, de la défense et  de l'amour

  de  la France et  de sa culture; avant même  l'élection

de Makine , l'hebdomadaire  Valeurs  Actuelles , sous la

plume de  Laurent Dandrieu, célébrait l'écrivain 

d'origine russe, détenteur d'une thèse  sur la littérature

française contemporaine

Роман о детстве в современной литературе Франции (70-80-е годы) " Roman sur l'enfance dans la littérature française contemporaine (des années 70-80)"

enseignant  à Novgorod, premier roman   rédigé en

français  en 1990 " La fille d'un héros d'union soviétique "

 naturalisé français après qu'il  ait été couronné  par le

Goncourt et le Médicis pour le "Testament Français " en

1995.

 

  Ce  Français  d'adoption  nous marque par son amour

passionné et douloureux pour   notre pays.

 

à lire :

 

Cette France  qu'on oublie d'aimer (2006 )

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

Un vieil homme rencontré de nuit dans une gare glaciale de Sibérie raconte comment, alors qu’il allait donner son premier concert de jeune pianiste promis à un brillant avenir, il doit fuir Moscou en mai 1941, se réfugier en Ukraine, endosser l’identité d’un soldat mort et faire la guerre; comment il vécut dans la crainte de trahir son identité, comment il fut sauvé par une femme dans un cimetière de neige; comment de retour à Moscou, il tentera de retrouver les siens et soulèvera à nouveau le couvercle d’un piano comme on soulève celui d’un cercueil.

 

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

andreï makine,culture  union soviétique,sibérie,langue,france,académie française,élection,immortel,francophonie

 Le Testament français : un titre en apparence fort simple, mais où chaque mot compte...

  Andreï Makine C'est en effet l'histoire d'une transmission de connaissance, d'un passage culturel, où une femme - ma grand-mère, Charlotte - lègue une culture, un pays à son petit-fils. Et ce pays est la France. Ce legs n'est pas un héritage au sens matériel, mais un testament au sens intellectuel.

  C'est dans ce sens que vous parlez de langue « grand-maternelle »...

  Andreï Makine C'est précisément ce que j'ai ressenti dans mon enfance. On ne choisit pas sa langue maternelle. Ma grand-mère, elle, me proposait de me transmettre sa France, et j'étais libre d'accepter ou de refuser. D'ailleurs, en grandissant, l'enfant oscille entre ces deux attitudes. Mais peut-on naître biculturel, ou bilingue ? Bilingue, oui. Biculturel ? C'est plus délicat : comment garder son équilibre personnel tout en vivant à cheval sur deux cultures ?

  D'un autre côté, votre grand-mère vous avait transmis une France depuis longtemps disparue, celle du Second Empire et de la Belle Époque...

  Andreï Makine C'est justement cela qui est intéressant : découvrir la France à travers des constantes plus ou moins intemporelles. Parler du caractère français, de l'esprit français, du regard français peut paraître réducteur. Pourtant, ces constantes sont nécessaires pour établir une identité qu'on ne peut définir plus précisément. C'est aussi l'histoire de la France projetée sur l'écran russe. Une France que les Français eux-mêmes ne connaissent pas, parce qu'elle leur semble naturelle.

  À l'inverse, l'Union soviétique que vous décrivez ne ressemble pas à ce que les Français en percevaient...

  Andreï Makine En effet. À travers les images officielles - qui n'étaient pas les mêmes que les nôtres -, vous viviez dans l'obsession de ce grand voisin, empire du mal pour les uns, objet de fascination pour les intellectuels de gauche. Il y avait ce double message, doublement faux, de l'Enfer et du Paradis. En étudiant son propre pays à travers la vie russe de Charlotte, l'enfant découvre une Russie inconnue. Vue par les Occidentaux, la Russie était souvent considérée comme une sorte de grand goulag invivable. Pourtant, et c'est là le grand mystère russe, les gens réussissaient à vivre sous ce régime. Et, par sa vie, Charlotte a apporté une réponse à cette question, en montrant que face à un régime inhumain, atroce, la grandeur de l'homme est de dépasser cette cruauté.

  Vous-même, comment avez-vous perçu la réalité française actuelle quotidienne, par rapport à la France mythique de votre enfance ?

  Andreï Makine Je pense n'avoir jamais connu cette vie quotidienne. Pour être vraiment inséré dans le tissu du vécu national, il faut travailler dans une entreprise française, être marié à une Française, avoir des enfants qui vont à l'école française... Ce n'est pas vraiment mon cas. Par la force des choses, je suis resté un peu en marge de ce pays. Cependant, j'ai retrouvé les Français tels qu'ils avaient été décrits par ma grand-mère, ou par Balzac. Certes, il m'est arrivé d'avoir parfois un regard un peu trop romanesque, je m'imaginais rencontrer des éditeurs ou des journalistes tout droit sortis de La Comédie humaine... Mais ce n'est pas un regard faux : c'est un regard qui globalise, qui est parfois plus perspicace car il s'attache à l'essentiel dans l'homme, et non à l'éphémère ou au superficiel.

  À propos de regard, celui que vous portez sur la littérature contemporaine n'est pas tendre...

  Andreï Makine On peut être très pessimiste quand on voit le livre devenir une marchandise bradée, dépréciée, un objet que l'on jette, des écrivains transformés en clowns sur un plateau de télévision... C'est impensable en Russie, où l'écrivain a toujours été respecté comme un demi-dieu, même s'il vivait très modestement. En même temps, la vraie littérature est comme un ruisseau qui contourne d'une façon ou d'une autre les barrages qui l'entravent. Elle trouve toujours ses lecteurs. Après tout, quand on extrait l'or, on rejette quatre-vingt-dix-neuf pour cent de roches stériles ; au nom de quoi devrait-on obtenir cinquante pour cent de réussite en littérature ? Au fond, la vraie littérature et la vraie poésie ont toujours été beaucoup plus rares que les pépites d'or.

 

Commentaires

De lui je ne connais que le testament Français
Tul ui rends un tres bel hommage et me donne envie de lire ses livres
Douce soirée Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 04/03/2016

Répondre à ce commentaire

Moi aussi j'ai été bouleversée par la lecture du Testament Français,et j'y ai trouvée une résonance avec notre propre histoire familiale.
Il méritait ce siège prestigieux.Les écrivains,les vrais devraient en effet être mieux considérés,et les livres aussi.
Merci pour ce partage
Le beau temps revient chez nous,et chez toi?
Christiane

Écrit par : les bouchons voyageurs | 05/03/2016

Répondre à ce commentaire

Je suis tombée sous le charme de l'écriture de Makine il y a plusieurs années... mais avec le temps, je mélange un peu tous ses livres... Grâce à l'actualité, je vais m'y replonger!
Merci pour ce bel article!

Écrit par : Gine | 05/03/2016

Répondre à ce commentaire

UN bel article passionnant pour un écrivain que l'on est vraiment heureux de voir reconnu
par nos académiciens merci de ton exposé brillant sur ses livres bonne fin de semaine et bonne
lecture bien sur ---

Écrit par : astree | 05/03/2016

Répondre à ce commentaire

Voila un écrivain venu d'ailleurs que je ne connaissais pas ,une lacune à combler.Bises

Écrit par : rene massacrier | 06/03/2016

Répondre à ce commentaire

Un écrivain que je ne connais pas mais que je vais découvrir, je peux l'assurer !
En ce qui me concerne, celui qui m'a fait aimer la Russie et qui était un merveilleux écrivain également, c'est Henri Troyat.
Lui aussi aimait la France et sa langue qu'il maitrisait parfaitement.
J'ai noté et je prendrai à la bibliothèque.
Bon lundi, encore et toujours sous la pluie.

Écrit par : clara65 | 07/03/2016

Répondre à ce commentaire

Un grand merci pour ton analyse des nouveaux livres. Je dois avouer que je lis peu, préférant la peinture qui me fait vibrer différemment que des auteurs nouveaux et trop nombreux. Bises L.N.

Écrit par : hélène | 07/03/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique