logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/02/2015

Devoir de vacances Di-é-rèse, Phèdre,Racine, Molière and Co...

Vacances, le lycée repose,

 

mais Mathilde, Madeleine, Clément and  Co en redemandent;

pour eux, devoirs  de vacances, pur plaisir,

avec la pièce  de Racine  

 

" Phèdre "

 

magistralement interprétée par Dominique BLANC

 

mise en scène  de  Patrice Chéreau,

ne laissez pas   l'opportunité d'entendre

la langue de Racine,

de voir Dominique  Blanc transcender

le rôle  - phare  de la  tragédie racinienne.

La fin  de  semaine s'annonce morose côté météo, Phèdre, 

une bonne occasion  de passer un moment rare.

________

 

Un mot curi-eux,

un mot inou-i

un mot qui se lézarde, et se fissure

qui se disséque, qui se partage, en un mot.

Un mot que j'aime  car c'est une gourmandise

que de le prononcer que de l'utiliser.


Di-é-rèse,

bien conçu pour signifier ce qu'il permet.

 

Le poète veut des alexandrins,

 parfois, cela coince, il manque une syllabe,

 il manque un pied:  qu'à cela ne tienne,

Di-é-rèse  se montre et le tour est joué.


Vous ne me croyez pas ?

 

regardez, prononcez

"L'ennui, fruit de la morne incuriosité,

 


Prend les proportions de l'immortalité."

 

 

 

Mince, 11 syllabes ...

 

 

Baudelaire faille ?

ou bien y -a-t-il un truc?


Le truc  
mais c'est elle,

la di-é-rèse

le mot du mercredi 11 février.

On tente ?

On dit

 

 

in cu ri-o-si té

pro- por- ti-ons

 

Pile 12 syllabes!

 

trop forte la di-érèse,

 

et grâce à elle, à cette prononciati-on,

le poète gagne une syllabe

et en alexandrins de  douze beaux pieds rime correctement.

 

Belle diérèse,

amie des poètes et des dramartuges,

qui dissocie deux voyelles à l'intérieur d'une même syllabe:

écoutez la musique des mots,

trop forte la di-érèse !

__________

Résultat de recherche d'images pour "phèdre dominique blanc"

Résultat de recherche d'images pour "phèdre dominique blanc"

 

hier un soutien autour  de Phèdre  en classe  de seconde,

..."Venge−toi, punis−moi d’un odieux amour ;"

 

les di-è-rè-ses font  florès, et aujourd'hui,

  pour le plaisir, Lambert Wilson et Fabrice Luchini

 qui s'y collent

à la diérèse

 

dans 

" Alceste à bicyclette "

 

15/02/2015

Suite de "CHEFS " "Entre les Bras" documentaire au coeur de la Haute Gastronomie

 

 

Photos de Michel Bras, Laguiole en Aubrac

 une note  pour Yuri,   qui alla déguster là  bas, au pays de la gastronomie d'exception,

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

 Yuri, dont je connais et admire la cuisine et chez  qui je retrouve des  caractères communs...

 

 

Pour le plaisir, pour mon bon plaisir,

 

je remets   en lumière les Bras

 

et le  film magnifique qui leur  est consacré.

 

Cette note n'a pas pour  objectif  de vous convertir

à la grande  cuisine des  chefs  étoilés,

nous conservons tous nos attaches viscérales et justifiées

au pot au feu familial,

à la blanquette, aux pommes   vapeur et au jambon beurre,

 

il s'agit d'un coup  de  coeur  de ma part

pour un documentaire  formidable

diffusé sur le  grand écran.

Vous admirez Versailles, Angkor, l'Hermitage , Chenonceau ...

sans pour autant dire

"C'est beau mais je préfère vivre dans mon trois pièces"

Vous admirez  Vinci,  Caravage, Monet, ou  Klimt

sans pour autant déclarer,

"Je ne le verrai pas  chez moi,

je préfère le calendrier des  Postes"

Il faut savoir repérer  l'Art là où il se trouve.

Michel Bras est un très grand artiste,

son fils Sébastien également.

 

Régalez  vous par les yeux et l'intelligence,

ce n'est pas  si fréquent dans notre  monde.

-------------------------

__________________

Le cinéma est quand même un truc formidable,

 

 je pousserai un jour  la porte du restaurant gastronomique des Bras, je ne peux  pas faire autrement!

( prononcez Braz ) Michel et son fils Sébastien

Grâce à ce beau documentaire de Paul Lacoste ( mars 2012 )

                     « Entre les Bras »

nous réalisons une plongée au cœur de l'univers de la très grande cuisine,

de la cuisine déclinée comme un art majeur,

et un moment très fort, celui du passage de flambeau, car Michel Bras ce chef extraordinaire natif de Laguiole, laisse progressivement la succession à son fils Sébastien, dit Séba.

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

père et fils Bras.jpg
entre les Bras.JPG

Le chef triplement étoilé au Michelin pendant plus de dix ans, officie à l’enseigne du Suquet, son hôtel-restaurant planté à plus de 1 000 m, sur les hauteurs du plateau de l’Aubrac, tout près de Laguiole. Un lieu magnifiquement filmé au fil des saisons, où le vaisseau immense du Suquet domine et embrasse le paysage à 360°.

laguiole restaurant michel bras.jpg
laguiole-michel-bras-2071.jpg

 

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

 

tablebras.jpg

 

on va  déguster,france  inter,cinéma le méliès,gastronomie,laguiole,restaurant gastronomique,aubrac,japon,michel bras,sébastien bras,le suquet,gargouillou

 

 



On voit la complicité et la complémentarité des deux hommes, on suit l'angoisse du fils, héritier d'une charge si lourde où il faut prouver sans cesse son excellence, et surtout rester « en haut » comme le dit Michel Troisgros, autre chef triplement étoilé .

 

Monter , cela se fait progressivement, Michel Bras a expérimenté avec talent et brio cette ascension, mais rester en haut sera la tâche de Sébastien.


On le voit donc écrasé par cette responsabilité, héritier des Trois Etoiles qui rayonnent sur la haute gastronomie jusqu'au Japon où Michel a créé un autre lieu fabuleux de cuisine d'exception.

 

Beaucoup de pudeur et de retenue dans les rapports des deux hommes,  des confidences discrètes qui éclairent leurs parcours respectifs, la famille comme soutien et comme inspiratrice, un passage de relais délicat, car comment s'affirmer sans trahir l'héritage?

 

La réalisation d'un plat en trois parties que Séba baptise « Cheminement » nous ramène à ses souvenirs et goûts d'enfance, confiture de mûre et fromage de Laguiole, crème de lait et chocolat râpé au couteau économe sur les larges tartines que lui préparait sa grand mère, connivences, écoute, respect,  partages père – fils autour des fourneaux, l'avis que Sébastien réclame au père sur un plat inspiré du Japon, les petits matins ensemble au marché, choix des légumes, herbes, fleurs, qui seront tous et toutes utilisés à la réalisation d'assiettes magnifiques,

 

 
 

 

un lien pour l'émission "On va déguster " sur France  Inter

http://www.franceinter.fr/emission-on-va-deguster-michel-et-sebastien-bras

 

ah le Gargouillou du 28 mai ! Un tableau de légumes, d 'herbes, de feuilles et de fleurs de  saison à croquer ! Une explosion de fraîcheur et de tonalités impressionnistes. Un équilibre parfait de textures, de couleurs, de saveurs;

regardez  ce merveilleux extrait du film  jusqu'à son terme et  en plein écran , un  ravissement pour les yeux et l'oreille, la langue et le doux accent de Michel bras apportent au tableau la poésie des mots, c'est un enchantement. Ne  restez pas insensibles  à cette poésie, vous vous priveriez d'un grand bonheur esthétique.

michel Bras Gargouillou_de_légumes.JPG

et pourquoi pas ensuite un aligot juste titillé par une truffe aveyronnaise ?

 

 

 

Nous avons la chance, à Pau, avec le cinéma Le Méliès de pouvoir bénéficier d'une programmation qui n'a rien à voir avec les productions américaines à gros budgets, et qui nous offre des films de qualité , de grande qualité.
«  Entre les Bras » ne doit pas être diffusé partout mais s'il passe par chez vous, dans un cinéma d'art et d'essai, ne le ratez pas, c'est un moment d'intimité et de découverte d'un univers mal connu et d'hommes passionnés et touchants dans leur art.

Un autre  volet  de l'Histoire  de l 'Art.

Photos de Michel Bras, Laguiole en Aubrac

Photos de Michel Bras, Laguiole en Aubrac
Photos de Michel Bras, Laguiole en Aubrac

12/02/2015

Alors ,La surprise du " CHEFS " ?

  Jeudi 12  février,

alors  avez-vous regardé les deux  premiers épisodes? si oui, qu'en avez -vous pensé?

 

et pour info  pas mort  Blog50 ,

hier  

4422 pages ouvertes   chez moi,

Fesse de  bouc n'a qu'à bien se  tenir ! ! ! 

 

________________________________

 

 A l'heure où les chaînes  nous inondent  d'émissions  culinaires  de téléréalité, il était risqué, voire casse - gueule  de proposer  une série  qui se déroule dans l'univers impitoyable des cuisines  d'un grand restaurant.

 

       Et bien pari réussi ! 

télévision, série, France 2 , CHEFS ,  gastronomie, Clovis Cornillac, Hugo Becker, grands restaurants, brigade,

 

  "CHEFS  " sera diffusé de  soir  mercredi  11 février   sur France 2, les deux premiers épisodes  en continu 21 h - 22 h

 

et comme on ne nous refuse rien, la chaîne les  a mis en ligne sur Internet 

 

 Hier soir, jusqu'à pas d'heure, saisie par l'excellence  du scénario, l'excellence des acteurs, l'excellence tout court,  j'ai suivi avec passion cette série sur l'écran  de l'ordi,

 

Aviez-vous  vu "RATATOUILLE " ?

 

si oui, vous retrouverez ce bel esprit de l'art de la cuisine porté au sommet;

et la vue  de la capitale   du haut du restaurant "Le Paris "

me rappelle quelque chose,

et vous ? à vous de  vérifier  et ... bienvenue en en enfer.

télévision,série,france 2,chefs,gastronomie,clovis cornillac,hugo becker,grands restaurants,brigade,barolo,truffe alba,nebbiolo

 

télévision,série,france 2,chefs,gastronomie,clovis cornillac,hugo becker,grands restaurants,brigade,barolo,truffe alba,nebbiolo

 

 

 je vous donne le lien, qui peut vous  permettre de ne pas user votre patience  jusqu'à mercredi.

(Bande annonce et au dessous les  liens des  deux épisodes.)

Revoir en replay et en streaming "Chefs : la ... - France 2

 

 Une série épatante, intelligente, sur fond   de  thriller

les cuisines  d'un grand restaurant   comme un sous - marin

 

  Cornillac au top,  l'ensemble des acteurs crédibles,

une brigade  drôlement bien composée et admirablement dirigée,

Paris insolite  joliment filé, musique  parfaite,

un vrai grand beau moment   à ne rater sous aucun prétexte,

 

 

télévision, série, France 2 , CHEFS ,  gastronomie, Clovis Cornillac, Hugo Becker, grands restaurants, brigade, Barolo, truffe alba, nebbiolo

télévision, série, France 2 , CHEFS ,  gastronomie, Clovis Cornillac, Hugo Becker, grands restaurants, brigade, Barolo, truffe alba, nebbiolo

télévision, série, France 2 , CHEFS ,  gastronomie, Clovis Cornillac, Hugo Becker, grands restaurants, brigade, Barolo, truffe alba, nebbiolo

télévision, série, France 2 , CHEFS ,  gastronomie, Clovis Cornillac, Hugo Becker, grands restaurants, brigade, Barolo, truffe alba, nebbiolo

j'ai adoré ... à vous de juger...

 

 

mais maintenant, il faut patienter jusqu'u 18 février pour connaître la suite, quelle frustration !

 

En attendant je dégusterais bien un oeuf à la coque.

Vous comprendrez mon choix après avoir vu la série... 

télévision, série, France 2 , CHEFS ,  gastronomie, Clovis Cornillac, Hugo Becker, grands restaurants, brigade, Barolo, truffe alba, nebbiolo

 

 

 

29/10/2014

"Saint Laurent", le film

 
 
 
 

Saint Laurent

  Un film  que je suis allé voir au départ sans grand

enthousiasme,

j'aurais eu le plus grand tord  de me bloquer sur  ce frein, et 

j'aurais laissé passer une expérience artistique totale :

le film  de  Bonello m'a enthousiasmée : 2 heures trente de

plongée dans la vie de Saint Laurent, sans fard, avec des

moments terribles de dureté, de violence, mais l'éloge d'un

artiste à un autre artiste.

Chaque plan est une oeuvre en soi, un travail de photographe; 

ce qui m'a  frappée en comparaison avec le film de Lespert, c'est

l'hommage  au travail des ateliers, la présence et l'art des

couturières, des "petites mains " sans qui Saint Laurent  ne serait

rien. Un film  qui navigue entre le présent (les années 70, peu de

retours en arrière par rapport à cette période, ) et un futur

 dévoilé, Saint Laurent  vieux et malade campé par Helmut

Berger , acteur se  regardant  interpréter le rôle du fils dans

" les Damnés " de Visconti.Saint Laurent : Photo Helmut Berger

 

Je vous laisse à entendre une critique  à laquelle j'adhère totalement

(le Masque et la Plume  France Inter )

 

http://www.franceinter.fr/emission-le-masque-et-la-plume-les-films-de-la-quinzaine-0

et  plus bas une autre à lire, de la presse écrite , et  ne saurais

trop vous recommander de voir ce très grand film,

reparti  bredouille de Cannes, ce qui me conforte avec l'idée que

Cannes, c'est  vraiment moyen...........Saint Laurent : Photo Aymeline Valade, Gaspard Ulliel, Léa Seydoux

Allez  voir  ce film, rien que pour le défilé  qui le clôture, vous

allez tomber en pamoison !

Saint Laurent : Photo Amira Casar, Gaspard Ulliel

Saint Laurent : Photo Gaspard Ulliel

 

      _____________________________________________________

 

Son film sortant après celui de Jalil Lespert, Bertrand Bonello

(L'Apollonide,Tiresia) avait annoncé qu'il se sentait libéré du

cahier des charges habituel du film biographique. Le dévoilement

de son Saint Laurent, en compétition, confirme qu'il a pleinement

profité de cette liberté. Voilà un biopic avec 0% de conventions,

tout en trouvailles, en expériences, en fulgurances. Un film

d'artiste sur un artiste.

D'emblée, le tremblement de la chronologie, la superposition de

périodes distinctes évoque Marcel Proust, dont on sait quel culte

Yves Saint Laurent lui vouait. Ces va-et-vient de la mémoire ne

cessent de s'amplifier, donnant peu à peu au film des accents

bouleversants de Temps retrouvé. Avec, superbe idée de casting,

Helmut Berger dans le rôle de Saint Laurent âgé. Soit l'acteur

fétiche du plus proustien des cinéastes, Luchino Visconti.

Avant que la fin et le début se rejoignent en une symphonie

déstructurée, Bertrand Bonello a l'audace et la modestie de

considérer que rien ne va de soi, que rien n'est objectivement

connu dans la vie d'Yves Saint Laurent : ni la manière dont il

travaillait ni son histoire au long cours avec Pierre Bergé. Qu'est-

ce que signifie concrètement dessiner un vêtement et le faire

fabriquer ? De quoi sont faites les heures d'un couturier devenu

une superstar dans sa jeunesse ? A quoi ressemblent ses nuits au

Sept, la boîte de nuit mythique des années 70 ?

Quid du passage des années sur ses dons et sur ses désirs ?

A la fois fasciné par son sujet et iconoclaste par ses hypothèses

et son regard, le cinéaste invente, fantasme et spécule, qu'il

s'agisse de création, de business, de drogue ou de sexe.

 Saint Laurent est un film de pure mise en scène, dont les idées

formelles servent une vision de l'homme :

très tôt, il se coupe du monde et des autres, travaille dans une

bulle, avec l'impression de ne pas vivre – les images sont souvent

abstraites, mentales. Les virées nocturnes sont des gouffres, des

trous noirs.

La vie, les passions reviennent en différé, après-coup, à contre-

temps, à l'heure de la réclusion et de l'effacement.

Gaspard Ulliel tient à coup sûr le rôle de sa vie, féminin, malicieux, fragile.

Vivant.

Comme tous ceux qui l'entourent, Jérémie Renier en Pierre Bergé,

Léa Seydoux en Loulou de la Falaise et Louis Garrel en Jacques

de Bascher (l'amant fatal, partagé avec Karl Lagerfeld), il fait

preuve d'une sobriété à laquelle le genre biographique nous a peu

habitués.

En cela aussi, le film pourrait faire date, comme un manifeste

esthétique. Pas de certificat de conformité à l'original, ni pour

les acteurs ni pour les faits relatés, et à la place, à tout

moment, de l'inspiration.Gaspard Ulliel dans «Saint Laurent» de Bertrand Bonello.Gaspard Ulliel est  Saint Laurent  de Bertrand Bonello. 
 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique