logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/06/2016

"Le Pianiste " sur ARTE le 5 juin

 

  Dimanche  5 juin  ARTE  nous  gâte : Le Pianiste  de Roman Polanski

 

Echange    de  service :

passez moi le séné, je vous passerai la rhubarbe.

 Je  veux  bien  vous  donner des idées de  cadeau ,

 

                   de  beaux   DVD à offrir ou à  s'offrir .

 

pas   besoin d'occasion particulière pour  des merveilles,

"Le Festin  de Babette "  " Nostalgia de la luz "  et bien  sûr  " Le Pianiste "

 

 

 

               "Le Pianiste " de Polanski 

 

"Le Pianiste  ", Polanski,  Wladyslaw Szpilman , Janusz Olejniczak ,Frédéric Chopin,  Varsovie, ghetto, extermination,,piano,  ballade  n° 1

   Si vous ne l'avez vu, et puisqu'il est reprogrammé , ne ratez pas ce chef

 d'oeuvre inspiré d'une  histoire vraie, celle  du pianiste polonais Wladyslaw

 Szpilman qui survécut à l'extermination du  ghetto de Varsovie

"le pianiste  ",polanski,wladyslaw szpilman,janusz olejniczak,frédéric chopin,varsovie,ghetto,extermination,piano,ballade  n° 1

"Le Pianiste  ", Polanski,  Wladyslaw Szpilman , Janusz Olejniczak ,Frédéric Chopin,  Varsovie, ghetto, extermination,,piano,  ballade  n° 1

 

 

   En prélude , un moment  de  grâce pure au cœur de la barbarie,

 quand, découvert vivant,  hagard, dans le ghetto de Varsovie, Szpilman

 est mis au piano par l'officier allemand auquel il déclare être pianiste:

 

"Le Pianiste  ", Polanski,  Wladyslaw Szpilman , Janusz Olejniczak ,Frédéric Chopin,  Varsovie, ghetto, extermination,,piano,  ballade  n° 1

 des mois et des mois de solitude, de peur panique, de faim,d'éloignement

 de la musique et du travail du piano,  et lentement, miraculeusement, les

 réflexes reviennent, les doigts gourds organisent et mettent en place la

 ballade n°1 de Frédéric Chopin; il n'est que de plonger dans le regard de

 l'officier pour deviner ses pensées 

   "Qu'avons nous fait de  ces hommes,

                   

   qu'avons nous fait à ces hommes  ?  "

 

     La musique, l'art font se rejoindre et se comprendre les extrêmes, 

   au  delà de tout le reste,

et le reste n'est plus rien devant l'art de Chopin transcendé par Szpilman

sans doute pour moi la scène la plus forte, le plus magnifique , la plus 

déchirante et humaine à la fois de ce  film magnifique.

 

au piano, Janusz Olejniczak

"le pianiste  ",polanski,wladyslaw szpilman,janusz olejniczak,frédéric chopin,varsovie,ghetto,extermination,piano,ballade  n° 1

qui "double "Adrien Brody,

si  Janusz tu passes par là, te souviens -tu  de PAU, il y a  ..............45 ans ?les  deux Pleyel ,  rue Raymond Pl..?"le pianiste  ",polanski,wladyslaw szpilman,janusz olejniczak,frédéric chopin,varsovie,ghetto,extermination,piano,ballade  n° 1

l'interprète de Wladyslaw Szpilman à l'écran.

 



 

 

 

 

30/05/2016

Un dimanche à la campagne

Ce soir................ 

bertrand  tavernier,un dimanche  à la campagne,sabine azéma

 

 

bertrand  tavernier,un dimanche  à la campagne,sabine azéma

 

 Que sortira-t-il du chapeau cannois? un aussi  grand beau film que celui-ci ? Ce serait une divine surprise..

Un si beau film, revu en DVD,

un  instant   de grâce, de charme,

et d'affrontement  mêlés.

 Œuvre infiniment impressionniste, marquée par le temps proustien, la voix off du réalisateur , qui nous  émeut et nous trouble, la musique  contemporaine  de ces  personnages d'avant la tourmente de  la grande  guerre, musique de chambre   élégamment choisie    ( Gabriel  Fauré ),la polka à l'accordéon  composée par Louis Ducreux , jeu raffiné de tous les acteurs, film  de  sensations et d'impressions, où chaque  bibelot raconte, chaque  image emporte dans un univers délicat, couleurs un peu passées, comme ce  temps,  oui, un moment   de grâce.

Un dimanche de la fin d'été 1912  

M. Ladmiral est un peintre sans réel génie, au crépuscule de sa vie. Depuis la mort de sa femme, il vit seul avec Mercédès, sa domestique. Comme tous les dimanches, il accueille Gonzague, son fils, un garçon rangé, épris d'ordre et de bienséance, accompagné de son épouse, Marie-Thérèse, et de leurs trois enfants, Émile, Lucien et Mireille. Ce jour-là, Irène, la sœur de Gonzague, jeune femme qui se libère en ce début de XXe siècle, personne énergique et anticonformiste, vient bousculer ce paisible rituel, remettant en question les choix artistiques de son père...

bertrand  tavernier,un dimanche  à la campagne,sabine azéma

bertrand  tavernier,un dimanche  à la campagne,sabine azéma

bertrand  tavernier,un dimanche  à la campagne,sabine azéma

 

 

 

22/05/2016

Alicia de Larrocha interprète Granados

Juste  pour  se faire  du bonheur,

 

pour  se  donner encore et toujours  la chair  de poule

 

devant tant  de  beauté. Madame, merci.

 

 

 

24/04/2016

Symphonie Rhénane et Victor HUGO

 

Pour un dimanche  tout  en musique, et   en poésie

la Symphonie Rhénane de  Robert Schumann

 

trois versions   Giulini, Szell, Bernstein, au choix

 

 

 

rhin  d.jpg

robert schumann,symphonie rhénane,giulini,rhin,romantisme,château,croisière,victor  hugo,hymne  aux  châteaux  du rhin,lettre  xxv

robert schumann,symphonie rhénane,giulini,rhin,romantisme,château,croisière,victor  hugo,hymne  aux  châteaux  du rhin,lettre  xxv

robert schumann,symphonie rhénane,giulini,rhin,romantisme,château,croisière,victor  hugo,hymne  aux  châteaux  du rhin,lettre  xxv

robert schumann,symphonie rhénane,giulini,rhin,romantisme,château,croisière,victor  hugo,hymne  aux  châteaux  du rhin,lettre  xxv

 

rhin b.jpg

rhin  e.jpg

 

robert schumann,symphonie rhénane,giulini,rhin,romantisme,château,croisière,victor  hugo,hymne  aux  châteaux  du rhin,lettre  xxv

 

Victor HUGO, lettre XXV, éd  Hetzel, tome  2,  1842

 

Le Rhin,  Hymne  aux  châteaux  du Rhin

 

Du Taunus aux Sept-Monts, des deux côtés du magnifique escarpement qui encaisse le fleuve, quatorze châteaux sur la rive droite : Ehrenfels, Fursteneck, Gutenfels, Rineck, le chat, la souris, Liebenstein et Sternberg, qu’on nomme les frères, Markusburg, Philipsburg, Lahneck, Sayn, Hammerstein et Okenfels ; quinze châteaux sur la rive gauche : Vogtsberg, Reichenstein, Rheinstein, Falkenburg, Sonneck, Heimburg, Furstenberg, Stahleck, Schoenberg, Rheinfels, Rheinberg, Stolzenfels, Rheineck et Rolandseck ; en tout, vingt-neuf forteresses à demi écroulées superposent le souvenir des rhingraves au souvenir des volcans, la trace des guerres à la trace des laves, et complètent d’une façon formidable la figure sévère des collines. Quatre de ces châteaux ont été bâtis au onzième siècle : Ehrenfels, par l’archevêque Siegfried ; Stahleck, par les comtes palatins ; Sayn, par Frédéric, premier comte de Sayn, vainqueur des maures d’Espagne ; Hammerstein, par Othon, comte de Vétéravie. Deux ont été construits au douzième siècle : Gutenfels, par les comtes de Nuringen, Rolandseck, par l’archevêque Arnould II, en 1149 ; deux au treizième : Furstenberg, par les palatins, et Rheinfels, en 1219, par Thierry III, comte de Katzenellenbogen ; quatre au quatorzième : Vogtsberg, en 1340, par un Falkenstein, Fursteneck, en 1348, par l’archevêque Henri III, le Chat, en 1383, par le comte de Katzennellenbogen, et la souris, dix ans après, par un Falkenstein. Un seulement date du seizième siècle : Philipsburg, bâti de 1568 à 1571, par le landgrave Philippe Le Jeune. Quatre de ces citadelles, toutes les quatre sur la rive gauche, chose remarquable, Reichenstein, Rheinstein, Falkenburg et Sonneck, ont été détruites, en 1282, par Rodolphe De Habsbourg ; une, le Rolandseck, par l’empereur Henri V ; cinq par Louis XIV en 1689, Fursteneck, Stahleck, Schoenberg, Stolzenfels et Hammerstein ; une par Napoléon, le Rheinfels ; une par un incendie, Rheineck ; et une par la bande noire, Gutenfels. On ne sait qui a construit Reichenstein, Rheinstein, Falkenburg, Stolzenfels, Rheineck et Markusburg, restauré en 1644 par Jean le batailleur, landgrave de Hesse-Darmstadt. On ne sait qui a démoli Vogtsberg, ancienne demeure d’un seigneur voué, comme le nom l’indique, Ehrenfels, Fursteneck, Sayn, le chat et la souris. Une nuit plus profonde encore couvre six de ces manoirs, Heimburg, Rheinberg, Liebenstein, Sternberg, Lahneck et Okenfels. Ils sont sortis de l’ombre et ils y sont rentrés. On ne sait ni qui les a bâtis ni qui les a détruits. Rien n’est plus étrange, au milieu de l’histoire, que cette épaisse obscurité où l’on aperçoit confusément, vers 1400, le fourmillement tumultueux de la hanse rhénane guerroyant contre les seigneurs, et où l’on distingue plus loin encore, dans les ténèbres grossissantes du douzième siècle, le fantôme formidable de Barberousse exterminant les burgraves. Plusieurs de ces antiques forteresses, dont l’histoire est perdue, sont à demi romaines et à demi carlovingiennes. Des figures plus nettement éclairées apparaissent dans les autres ruines. On peut en retrouver la chronique éparse çà et là dans les vieux chartriers. Stahleck, qui domine Bacharach et qu’on dit fondé par les Huns, a vu mourir Hermann au douzième siècle ; les Hohenstaufen, les Guelfes et les Wittelsbach l’ont habité, et il a été assiégé et pris huit fois de 1620 à 1640. Schoenberg, d’où sont sorties la famille des Belmont et la légende des Sept-Sœurs, a vu naître le grand général Frédéric De Schoenberg, dont la singulière destinée fut d’affermir les Bragance et de précipiter les Stuarts. Le Rheinfels a résisté aux villes du Rhin en 1225, au maréchal de Tallard en 1692, et s’est rendu à la république française en 1794. Le Stolzenfels était la résidence des archevêques de Trèves. Rheineck a vu s’éteindre le dernier comte de Rheineck, mort en 1544 chanoine custode de la cathédrale de Trèves. Hammerstein a subi la querelle des comtes de Vétéravie et des archevêques de Mayence, le choc de l’empereur Henri II en 1017, la fuite de l’empereur Henri Iv en 1105, la guerre de trente ans, le passage des suédois et des espagnols, la dévastation des français en 1689, et la honte d’être vendu cent écus en 1823. Gutenfels, la fière guérite de Gustave-Adolphe, le doux asile de la belle comtesse Guda et de l’amoureux empereur Richard, quatre fois assiégé, en 1504 et en 1631 par les hessois, en 1620 et en 1642 par les impériaux, vendu, en 1289, par Garnier de Munzenberg à l’électeur palatin Louis-le-Sévère, moyennant deux mille cent marcs d’argent, a été dégradé en 1807 pour un bénéfice de six cents francs. Cette longue et double série d’édifices à la fois poétiques et militaires, qui portent sur leur front toutes les époques du Rhin et qui en racontent toutes les légendes, commence devant Bingen, par le château d’Ehrenfels à droite et la tour des rats à gauche, et finit à Kœnigswinter par le Rolandseck à gauche et le Drachenfels à droite. Symbolisme frappant et digne d’être noté chemin faisant, l’immense arcade couverte de lierre du Rolandseck faisant face à la caverne du dragon qu’assomma Sigefroi-le-Cornu, la tour des rats faisant face à l’Ehrenfels, c’est la fable et l’histoire qui se regardent.

Les antiques châteaux des bords du Rhin, bornes colossales posées par la féodalité sur son fleuve, remplissent le paysage de rêverie. Muets témoins des temps évanouis, ils ont assisté aux actions, ils ont encadré les scènes, ils ont écouté les paroles. Ils sont là comme les coulisses éternelles du sombre drame qui, depuis dix siècles, se joue sur le Rhin. Ils ont vu, les plus vieux du moins, entrer et sortir, au milieu des péripéties providentielles, tous ces acteurs si hauts, si étranges ou si redoutables : Pépin, qui donnait des villes au pape ; Charlemagne, vêtu d’une chemise de laine et d’une veste de loutre, s’appuyant sur le vieux diacre Pierre De Pise, et caressant de sa forte main l’éléphant Abulabaz ; Othon le lion secouant sa crinière blonde ; le margrave d’Italie, Azzo, portant la bannière ornée d’anges, victorieuse à la bataille de Mersebourg ; Henri le boiteux ; Conrad le vieux et Conrad le jeune ; Henri le noir, qui imposa à Rome quatre papes allemands ; Rodolphe De Saxe, portant sur sa couronne l’hexamètre papal : Petra dedit Petro, Petrus diadema Rodolpho ; Godefroi de Bouillon, qui enfonçait la pique du drapeau impérial dans le ventre des ennemis de l’empire ; Henri V, qui escaladait à cheval les degrés de marbre de Saint-Pierre de Rome. Pas une grande figure de l’histoire d’Allemagne dont le profil ne se soit dessiné sur leurs vénérables pierres : le vieux duc Welf ; Albert- l’Ours ; saint Bernard ; Barberousse, qui se trompait de main en tenant l’étrier du pape ; l’archevêque de Cologne, Raynald, qui arrachait les franges du carrocium de Milan ; Richard Cœur De Lion ; Guillaume de Hollande ; Frédéric II, le doux empereur au visage grec, ami des poëtes comme Auguste, ami des califes comme Charlemagne, étudiant dans sa tente-horloge, où un soleil d’or et une lune d’argent marquaient les saisons et les heures. Ils ont contemplé, à leur rapide apparition, le moine Christian prêchant l’évangile aux païens de Prusse ; Hermann Salza, premier grand maître de l’ordre teutonique, grand bâtisseur de villes ; Ottocar, roi de Bohême ; Frédéric De Bade et Conradin De Souabe, décapités à seize ans ; Louis V, landgrave de Thuringe et mari de sainte Elisabeth ; Frédéric le mordu, qui portait sur sa joue la marque du désespoir de sa mère ; et Rodolphe De Habsbourg, qui raccommodait lui-même son pourpoint gris. Ils ont retenti de la devise d’Eberhard, comte de Wurtemberg : Gloire à Dieu ! guerre au monde ! Ils ont logé Sigismond, cet empereur dont la justice pesait bien et frappait mal ; Louis V, le dernier empereur qui ait été excommunié ; Frédéric III, le dernier empereur qui ait été couronné à Rome. Ils ont écouté Pétrarque gourmandant Charles Iv pour n’être resté à Rome qu’un jour et lui criant : que diraient vos aïeux les Césars s’ils vous rencontraient à cette heure dans les Alpes, la tête baissée et le dos tourné à l’Italie ? Ils ont regardé passer, humiliés et furieux, l’Achille allemand, Albert de Brandebourg, après la leçon de Nuremberg, et l’Achille bourguignon, Charles-le- Téméraire, après les cinquante-six assauts de Neuss. Ils ont regardé passer, hautains et superbes, sur leurs mules et dans leurs litières, côtoyant le Rhin en longues files, les évêques occidentaux allant, en 1415, au concile de Constance pour juger Jean Huss ; en 1431, au concile de Bâle, pour déposer Eugène IV, et, en 1519, à la diète de Worms, pour interroger Luther. Ils ont vu surnager, remontant sinistrement le fleuve d’Oberwesel à Bacharach, sa blonde chevelure mêlée au flot, le cadavre blanc et ruisselant de saint Werner, pauvre petit enfant martyrisé par les juifs et jeté au Rhin en 1287. Ils ont vu rapporter de Vienne à Bruges, dans un cercueil de velours, sous un poêle d’or, Marie de Bourgogne, morte d’une chute de cheval à la chasse au héron. La horde hideuse des magyars, la rumeur des mogols arrêtés par Henri-le-pieux au treizième siècle, le cri des hussites qui voulaient réduire à cinq toutes les villes de la terre, les menaces de Procope le gros et de Procope le petit, le bruit tumultueux des turcs remontant le Danube après la prise de Constantinople, la cage de fer où la vengeance des rois promena Jean De Leyde enchaîné entre son chancelier Krechting et son bourreau Knipperdolling, le jeune Charles-Quint faisant étinceler en étoiles de diamants sur son bouclier le mot nondum, Wallenstein servi par soixante pages gentilshommes, Tilly en habit de satin vert sur son petit cheval gris, Gustave-Adolphe traversant la forêt thuringienne, la colère de Louis XIV, la colère de Frédéric II, la colère de Napoléon, toutes ces choses terribles qui tour à tour ébranlèrent ou effrayèrent l’Europe, ont frappé comme des éclairs ces vieilles murailles. Ces glorieux manoirs ont reçu le contre-coup des suisses détruisant l’antique cavalerie à Sempach, et du grand Condé détruisant l’antique infanterie à Rocroy. Ils ont entendu craquer les échelles, glapir la poix bouillante, rugir les canons. Les lansquenets, valets de la lance, l’ordre-hérisson si fatal aux escadrons, les brusques voies de fait de Sickingen, le grand chevalier, les savants assauts de Burtenbach, le grand capitaine, ils ont tout vu, tout bravé, tout subi. Aujourd’hui, mélancoliques, la nuit, quand la lune revêt leur spectre d’un linceul blanc, plus mélancoliques encore en plein soleil, remplis de gloire, de renommée, de néant et d’ennui, rongés par le temps, sapés par les hommes, versant aux vignobles de la côte une ombre qui va s’amoindrissant d’année en année, ils laissent tomber le passé pierre à pierre dans le Rhin, et date à date dans l’oubli.

O nobles donjons ! ô pauvres vieux géants paralytiques ! ô chevaliers affrontés ! un bateau à vapeur, plein de marchands et de bourgeois, vous jette en passant sa fumée à la face !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique