logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/01/2018

Nouveau foutage de gueule ...

                     j'ai décidé d'en sourire...mais quand même. 

 

    A Florence, on a choisi de présenter au public une version soft

de Carmen   de  Bizet.  Version dans laquelle la  belle  cigarière

échappe  à la mort et  tue son amant.  

   L'objectif est de dénoncer les violences faites aux  femmes. 

 

   J'en suis restée rêveuse,   et me suis prise à imaginer le chantier

pour  moraliser  tout ce qui doit l'être. 

 

   Ainsi, toutes les mythologies,  la littérature, roman, nouvelles,

poésie,    le théâtre, l'opéra  donc, le cinéma,  la  peinture, la

sculpture,  la  Bible, ...etc... devront être expurgés de tout acte

violent fait aux femmes, par autrui ou par elles mêmes. 

 

   Et de me  prendre à  imaginer le SAMU, toutes  sirénes hurlantes,

arrivant in extremis pour sauver Emma Bovary,  les  pompiers

tendant un  drap  au pied du château  Saint Ange pour recueillir

Tosca, Constance Bonacieux échappant au poison mortel de

Milady,  Ophélie repêchée et réanimée , Anna Karénine loupant

son train  ...pour cause de grève , Fantine à  temps  recuperée par

la médecine,  et pourquoi pas le loup du Petit Chaperon

 Rouge converti au vėganisme,  les trois mousquetaires  assumant

-enfin!   leur homosexualité, Gervaise et Coupeau sirotant des Vitel

fraise,  

 

theatre,opera,carmen,violences faites aux femmes,le bernin,flaubert,zola,hugo

  Proserpine - Perséphone mordant les parties intimes de Pluton  -

Hadés pour échapper au rapt du dieu des enfers,

RapeOfProserpina.jpg

pourtant, la mort de Tosca, ça a une de ces gueules...

Theatre, opera, Carmen, violences faites aux femmes,le bernin,  flaubert, zola, hugo,


 

Et pour moi  ,   qui reste fidèle  à  Mėrimée et à  Bizet, 

 Carmen doit mourir.  Ecoutez ...

10/04/2017

Rameaux au soleil

rameaux,bearn,printemps,chaîne des  pyrénées,bosdarros,coteaux

dimanche des Rameaux,  on est tellement gâtés par le temps, 

entre Bosdarros et Rebenac,   on ne sait où regarder, on ne sait où

écouter,  les oiseaux s'en donnent comme jamais en trilles et

gammes, on ne sait où sentir tant les parfums se chevauvent,  se

mêlent et créent la plus harmonieuse des œuvres olfactives. 

Rameaux,  bearn,  printemps, chaîne des  pyrénées,Bosdarros,  coteaux,

Rameaux,  bearn,  printemps, chaîne des  pyrénées,Bosdarros,  coteaux,

Rameaux,  bearn,  printemps, chaîne des  pyrénées,Bosdarros,  coteaux,

Rameaux,  bearn,  printemps, chaîne des  pyrénées,Bosdarros,  coteaux,

 

 

rameaux,bearn,printemps,chaîne des  pyrénées,bosdarros,coteaux

 

rameaux,bearn,printemps,chaîne des  pyrénées,bosdarros,coteaux

01/04/2017

Le sucre du printemps

 C

arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubert,sacre du printemps

oui,  c'est le printemps,
on prend le petit déjeuner toutes fenêtres ouvertes

arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubert,sacre du printemps

C'est le printemps. ...

 

arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubert,sacre du printemps

arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubert,sacre du printemps

 

 

 

 arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,sacre du printelmps,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubertSacrons  le printemps avec

cet éternel jeune homme

lors  d'un déjeuner

mémorable et  sacrément 

  arrosé à Deauville en 1980

avec Mstislav Rostropovitch

et son épouse Galina

Vishnevskaya

 

 

 

 

arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubert,sacre du printemps

 


Arthur Rubinstein - Chopin Mazurka, Op. 68 No. 4

 

arthur rubinstein,rostropovitch,vishnevskaya,cuite,humour,musique talents,virtuoses,passions,sacre du printelmps,jeu  de mots,sucre du printemps,chopin,schubert

 

 

23/02/2017

Quelle soirée! j'aurais dû apporter des mouchoirs, ...................

 Une bonne  soirée chez des amis ,  jusqu'au moment où

voulant bien faire et connaissant ma passion cinéma,  ils  ont

sorti de leurs  tiroirs le DVD

 des   " Petits mouchoirs "

 

  que je n'avais  eu nulle envie  de  voir  en salle .

 J'échappais à la projection des films  des dernières vacances

à Saint Barth,

des souvenirs de famille,    mais....

 

      "   Il faut que  tu le vois, c'est formidable,  

       tu vas voir, et le Cap Ferret et la bande  de copains,

        tout  est formidable"  

                                     Je  notais d'emblée la richesse  de la critique

et redoutais   ce  qui  s'en suivrait. Ce  fut au delà de mes

espérances, ou de mes craintes....

 

les petits mouchoirs,guillaume canet,navet,cap ferret,culture,art,macron,télé,rediffusion télévisuelle

          Ben voyons,    puisque     j'avais pas vu ,

                                     et ben

    je regrette cette fin de soirée qui fut longue, longue,  Ch... comme pas possible,

pour moi un navet  de grande   envergure, une  caricature ,  le  comble   du ridicule est atteint lors de l'enterrement  du copain , alors là, sur fond  de musique genre cocktail pour pubs,

j'ai eu du mal à contenir un fou rire  qui  , comme

la petite bête , montait, montait  ...

 

    Je comprends mal maintenant que j'ai eu à subir ce film,

l'engouement à sa  sortie, les spectateurs enthousiastes,

Cluzel, Cotillard, les autres  . Ils sont tous insupportables,

tentant de faire croire à un scénario miteux et pitoyable,

 Guillaume Canet   bouffi  d'orgueil  jusqu'à se croire un

  grand réalisateur ,

les petits mouchoirs,guillaume canet,navet,cap ferret,culture,art,macron,télé,rediffusion télévisuelle

et mon bassin ,

je n'en ai vu qu'une caricature 

 

                                         bref, on passe à autre chose.

 

Je ne suis pas  la seule à ne pas avoir aimé...( voir critique Télérama )

mais ça n'empêche pas la télé de tirer  encore son public vers le bas en rediffusant ce navet hors concours.  

Et quand  l'inénarrable Macron doute de l'existence  d'un art

typiquement  français. ....je lui répondrai ,

      "  Il faut sortir ,  mon cher,

         il y de l'excellence,  et de la crotte. ...."

Macron  qui tente  sous  notre  regard  ébloui une petite

expérience  de  darwinisme  en s'accouplant  avec Bayrou.....

                           Sortez vos mouchoirs....

 

 

 

 

 

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 20/10/2010

On aime beaucoupLe troisième film de Guillaume Canet marque les limites d'un système de production où n'importe qui, pourvu qu'il soit connu - acteur, donc, mais aussi romancier à gros tirage, par exemple - se voit accorder le privilège de devenir cinéaste et le chèque en blanc qui va avec. On nous objectera que l'apprenti réalisateur a fait ses preuves, de Mon idole à Ne le dis à personne - dont le succès a masqué les défauts. En ce cas, c'est de régression qu'il faut parler avec Les Petits Mouchoirs, film aussi vide qu'est grande sa prétention à faire date : durée hors normes, casting all stars (Cluzet, Cotillard, Magimel en tête), bande-son soul dont le coût seul doit excéder le budget d'un premier film d'auteur.

Intrigue déjà connue, sans doute : un groupe de potes - vieux trentenaires, jeunes quadras - part en vacances au Cap-Ferret tandis que l'un des leurs gît sur un lit d'hôpital (et de douleur). Ont-ils le droit de s'amuser ou, au choix, de se pourrir la vie à coups de petites névroses quand l'autre est entre la vie et la mort ? On ne sait pas. Guillaume Canet si, qui donne in fine la réponse via un improbable ostréiculteur philosophe. Ont-ils le droit d'être aussi antipathiques, lourdement caricaturés, et désespérément incultes ? On sait que non. On a rarement vu, dans un film aussi long, des personnages évoluer si peu : dessinés à gros traits, ils ne bougent pas d'un iota, à l'image de François Cluzet répétant ad nauseam ses mimiques de psychorigide friqué. Ne faire qu'une fois une scène quand on peut la reproduire trois ou quatre fois, ce serait gâcher une idée...

Canet s'est-il rendu compte que tous les mecs sont lourdauds, décérébrés, le regard scotché à leur nombril (ou plus bas) ? Et toutes les filles effacées ou hystériques ? Sauf Marion Cotillard, sans doute sauvée à ses yeux parce que son comportement amoureux est celui d'un mec... L'étanchéité du groupe au monde réel est symbolisée par une image fugitive, et ici incongrue : Marion Cotillard dépliant maladroitement Le Monde. C'est vrai, pourquoi un journal, un livre, pourquoi une conversation intéressante en vacances, alors qu'il y a la bouffe et le ski nautique ? On ignore si Les Petits Mouchoirs est un film générationnel. Si c'est le cas, on est - pour une fois - heureux de ne plus faire partie de cette génération-là...

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique