logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/11/2018

Colette célèbre l'automne, musique de Maurice RAVEL


 

 

Vous croyez en l'automne ?

Colette l'a peint

de ses mots de poète raffiné,

à travers les « Dialogues de Bêtes »

 

et retrouvons aussi Colette  

qui écrivit le texte de "l'Enfant et  les Sortilèges",

mis en musique par Maurice Ravel 

une grande  complicité artistique.

 

 

L'automne   en Béarn, ce matin, temps clair,  

la journée  sera  belle , lumineuse, ensoleillée,

colette,maurice ravel,l'enfant et les sortilèges,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

colette,maurice ravel,l'enfant et les sortilèges,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

colette,maurice ravel,l'enfant et les sortilèges,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

 

 Pas vraiment   de  fraîcheur,

 

 Que vienne  le temps du premier feu.!

 

Belle journée à tous.

colette.jpg

colette,maurice ravel,l'enfant et les sortilèges,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

 

 Écoutons-la,

goûtons -les,

ces dialogues d'automne :

 

         Parce qu'il pleut et que le vent d'octobre chasse  dans l'air les feuilles détrempées,

Elle a allumé le premier feu de la saison.

    En extase, Kiki-la-Doucette ( le chat) et Toby-Chien, couchés côte à côte au coin

du marbre tiède, s'éblouissent à contempler la flamme et lui dédient des prières

intérieures.

 

 

 

KIKI-LA-DOUCETTE

pareil à un coussin, sans pattes apparentes.

colette,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

 

« Feu ! Te voici revenu,

plus beau que mon souvenir, plus cuisant

et plus proche que le soleil !

Feu que tu es splendide !

Par pudeur, je cache ma joie de te revoir,

je ferme à demi mes yeux

où ta lumière amincit la prunelle,

et rien ne paraît sur ma figure où est peinte l'image

d'une pensée fauve et brune...

Mon ronron discret se perd dans ton crépitement.

Ne pétille pas trop, ne crache pas d'étincelles

sur ma fourrure, sois clément,

Feu varié, que je puisse t'adorer sans crainte...

ulysse devant le feu.jpg

colette,maurice ravel,l'enfant et les sortilèges,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

TOBY-CHIEN

à moitié cuit, les yeux injectés, la langue pendante .

  • Feu! Feu divin ! Te revoici !

    Je suis bien jeune encore, mais je me souviens

    de ma terreur respectueuse,

     la première fois que sa main,

     à Elle, t'éveilla dans cette même cheminée.

    La vue d'un feu aussi mystérieux que toi a de quoi frapper un chien-enfant, à peine sorti

    de l'écurie maternelle.

    O Feu !

    Je n'ai pas perdu toute appréhension.

    Hiii !

    Tu as craché sur ma peau une chose piquante et rouge... J'ai peur... Non, c'est fini.

Que tu es beau !

Ton centre plus rose darde ses lambeaux d'or,

des jets vifs d'air bleu, une fumée qui monte tordue

et dessine d'étranges apparences de bêtes...

Oh!

Que j'ai chaud ! Sois plus doux, Feu souverain,

vois comme ma truffe séchée se fendille et craque...

Mes oreilles ne flambent-elles point ? Je t'adjure

d'une patte suppliante, je gémis

d'une volupté insupportable...je n'en puis plus !...

(Il se retourne.)

Ah !

Rien n'est jamais bon tout à fait. Sous la porte,

la bise pince mes cuisses nues. Tant pis!

Que mon derrière gèle,

pourvu que je t'adore en face ! »

____

 

colette,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

 

 

"Dialogues de Bêtes"

Colette

coll Folio

 

Gallimard

 

colette,automne,feu,dialogues de bêtes,kiki la doucette,toby chien

02/11/2018

Couleurs pour l'Eternité

   En ce début novembre,  avant que ne sévissent les grands  

premiers froids , festival de couleurs  pour  un éternel repos,

 d'ici peu les  arbres vont se  dépouiller.

     Saisissons in extremis,  comme le   dernier souffle,

  la vie chamarée de la  nature d'automne. 

           Et les passées au dessus des premières neiges.

        Grues, palombes , qui filent vers les hivers du Sud.

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

             Sur le piano   de Gabriel  Fauré ,

                         6ème  nocturne et prélude en sol mineur

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

"Une tombe, ce n’est rien qu’un coffre vide. Celui que j’aime tient

tout entier dans mon souvenir, dans un mouchoir encore parfumé

que je déplie, dans une intonation que je me rappelle soudain et

que j’écoute un long instant, la tête penchée… Il est dans un court

billet tendre dont l’écriture pâlira, dans un livre usé que flattèrent

ses yeux, et sa forme est assise à jamais, pour moi, mais pour

moi seule – sur ce banc d’où il regardait, pensif, bleuir dans le

crépuscule la Montagne aux Cailles… "

               Colette   " La retraite sentimentale "

Pau,cimetière, automne, coloris,Toussaint

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

Pau,cimetière, automne, coloris,Toussaint

Pau,cimetière, automne, coloris,Toussaint

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

Pau,cimetière, automne, coloris,Toussaint

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude

pau,cimetière,automne,coloris,toussaint,gabriel  fauré,prélude



 

 

 

 

21/10/2018

J'aime tant tout ce que j'aime

doux matin de brume dorée

     pour  honorer la poésie de Colette 

FB_IMG_1539935678608.jpg

15/10/2018

Les mots de Colette

colette,les vrilles de la vigne,automne,aimer,embellir

"Moi, j'aime. J'aime tant tout ce que j'aime !

Si tu savais comme j'embellis tout ce que j'aime, et quel plaisir je

me donne en aimant ! Si tu pouvais comprendre de quelle force

et de quelle défaillance m'emplit ce que j'aime...

C'est cela que je nomme le frôlement du bonheur. Le frôlement du

bonheur... caresse impalpable... frisson mystérieux près de se

fondre en larmes, angoisse légère que je cherche et qui m'atteint

devant un cher paysage argenté de brouillard, devant un ciel où

fleurit l'aube, sous le bois où l'automne souffle une haleine mûre

et musquée... Tristesse voluptueuse des fins de jour,

bondissement sans cause d'un cœur plus mobile que celui du

chevreuil, tu es frôlement même du bonheur..."

        Les Vrilles de la vigne

colette,les vrilles de la vigne,automne,aimer,embellir

19120866_218822691971139_3289104217477742592_n.jpg

monthelie-automne.jpg

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique