logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/03/2017

8 mars, des femmes compositrices

  Réponse du 9 mars

 

Le  point commun de toutes ces femmes, c'est qu'elles furent compositrices ,  

pour certaines  ,  anecdotiques, comme les souveraines,

pour  les  autres  confirmées,  sœur, épouses  , compagnes 

de  grands musiciens, ou elles mêmes !

 Je pense  également à Anna Magdalena Bach, dont on pense

aujourd'hui qu'elle aurait pu participer ou être  l'auteur   de

certaines  créations de son grand  Maître  d'époux.

     Une belle reconnaissance dans le   monde   essentiellement

 masculin de la création musicale .

    Le  gène   de la musique leur  serait-il en partie  réservé ?....  ?




 

des femmes

De tous pays, de toutes les époques, et un point commun

 

A vous de voir, avant la suite.

 

 

 

Alma Mahler 

 


Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Keiko Abe




Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Marguerite d'Autriche 


femmes,célébrités,devinette,personnalité

Lili  Boulanger 


Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Anna Amalia   duchesse de Saxe-Weimar 

femmes,célébrités,devinette,personnalité

Clara Schumann 

femmes,célébrités,devinette,personnalité

Betsy Jolas

femmes,célébrités,devinette,personnalité

Cécile  Chaminade 

femmes,célébrités,devinette,personnalité

Blanche de Castille

Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Fanny  Mendelssohn Bartholdy 


Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Marie Antoinette 

Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Elisabeth  Jacquet de la Guerre

 


Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Maria Theresia von Paradis 


Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Germaine Tailleferre

Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

Ann Boleyn ....
....

Femmes,célébrités, devinette, personnalité,

..etc, etc, etc

 

29/11/2016

La petite reine....

 

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

 

en Arabie saoudite, il n'est pas facile d'avoir 10 ans,

d'être une petite fille au caractère bien trempé, d'aimer

le rock, de porter jeans et baskets,  de savoir ce que l'on veut. 

Lumineuse petite fille déterminée, une véritable petite reine,

( formidable Wad  Mohammed ) qui trace sa voie sans défaillir. 

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

 Et quand ce qu'on veut est un vélo, on se heurte de plein

fouet à la bienséance religieuse qui réprouve et interdit

le  vélo aux filles .

  Bientôt  ce sera pour elle le premier  abaya, le voile,

sans doute le mariage...

  Toute l'énergie de Wadjda est  désormais  tournée vers

la collecte des 800 rials qui lui permettraient  l'acquisition

 du vélo de ses rêves.  

  Jusqu'à participer dans son école au concours de

récitation   coranique qui s'achève sur un pied de nez aux

traditions.

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

    Une plongée dans la vie quotidienne d'un royaume

rétrograde par excellence, et une leçon d'énergie et

d'espoir. 

 

 

   Par ailleurs, la semaine  à la télévision s'annonce

   formidable  :

 

Lundi soir sur Arte 

 

                             "   Winter Sleep  "

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

 

Mardi soir sur Arte 

 

        "    Le procès de Viviane  Amsalem  "

arabie saoudite,femmes,vélo,rébellion,voile,abaya,polygamie,mariage,religion,wadjda,coran

  Mercredi, second épisode de la 2°saison de  " Chefs !" qui nous

régale .

On se réjouit  de telles programmations, d'une si belle

qualité  de diffusion.

 

  Deux très grands films

                        à   ne rater sous aucun prétexte. 

 

 

 

04/05/2016

J'ose la critique

 

  Oui, j'aime  le cinéma, toute  bête et stupide  que je suis,  j'ose même donner mon avis; mais   quand même, de   quel  droit tu te  permets  de  dire des choses  , toi ?

 

Vous  rappelez  - vous la citation  , sans  doute  apocryphe  , de Voltaire ,

«Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à

la mort pour que vous puissiez les exprimer»

et   n'ayant peut  - être  pas l'esprit aussi borné que celui qu'on me prête,  j'aime TOUT le cinéma, des comédies déjantées aux films de Bergman, de Louis  de Funes, d'Audiard à Eric Rohmer, des Us au Japon,  de l'Amérique Latine  aux pays  d'Europe de Nord,  d'Inde  du nord et du Sud au Mali,,   de l'Espagne  à l'Italie,  et même,   et oui, !  de la Palestine   à la Turquie, j'ose tout, et j'aime tout. Je reste  peut être un peu dubitative    sur le cinéma nord coréen, excusez  mon  absence  d'ouverture intellectuelle.

 

Pour une oie inculte , ce n'est pas si mal, non ?

 

 

 Aujourd'hui, un   film dont je n'avais pas   encore parlé   un très grand film,  dont le  succès  public  a confirmé  l'extraordinaire qualité et la portée  remarquable, un film d'une  femme  et  de femmes,  (quoi ? tu t'intéresses au sort des femmes dans  le monde , TOI  ? ) 

un film engagé  ,    quoi   ?   tu es  engagée , TOI ? )

 

Mustang   , ce cheval indomptable,  indocile, cette fougue  irrépressible, c'est bien celle de  cette jeunesse   cloîtrée  de  cinq jeunes filles  " incarcérées  " en famille   en attendant le mariage ; mais    ce ne sont pas des victimes consentantes ; une extraordinaire  fougue quasi animale,  un désir de liberté ,  de vie vraie animent  les cinq sœurs   retenues en prison. Elles   sont  drôles, belles,  déterminées, tragiques aussi, elles sont  pleines d'une  soif de revanche  sur la vie qu'on veut leur imposer, ces filles -femmes,  héroïnes de  ce que l'on aimerait n'être qu'une fable sociale et culturelle, nous enchantent dans leur  quête  de liberté   fondatrice et nous donnent une leçon de  vie  sensationnelle.

 

Oui, moi, l'incapable, la nulle, la bornée, j'ai été  transportée par  ce  film  quand je l'avais vu  sur grand écran, je sais qu'il passe  actuellement  sur une chaîne  cryptée, si vous avez l'occasion, ne le ratez pas.    

  Emouvant,  politique, et jubilatoire, c'est rare et d'autant plus précieux.  Un  film au grand galop  de l'émancipation des filles.    Magistral !

 

 

 

Mustang est un film réalisé par Deniz Gamze Ergüven, 36 ans, née à Ankara,
 avec Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu. César 2016  du premier film

Mustang,  TurquieDeniz Gamze Ergüven , Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu,  femmes,  libération, sexisme, éducation,

mustang,femmes,libération,sexisme,éducation,güneş nezihe Şensoy,doğa zeynep doğuşlu,turquie,deniz gamze ergüven

mustang,femmes,libération,sexisme,éducation,güneş nezihe Şensoy,doğa zeynep doğuşlu,turquie,deniz gamze ergüven

 

 

20/05/2014

"The Best Offer " l'amour de l'art, l'art de l'amour

 

 

 

 Une ville  que l'on devine italienne, un marchand  d'art et commissaire  - priseur , solitaire et vieillissant, The Best Offer : Photo Geoffrey Rush

 

dandy raffiné, 

The Best Offer : Photo Geoffrey Rush

hanté par l'hygiène, vit dans un luxueux appartement au goût exquis, mais  totalement dépourvu  de vie, presqu' un musée ! collectionneur un peu fou de toiles,

 

mais pas n’importe lesquelles,

 The Best Offer : Photo

 des portraits, mais pas n’importe lesquels,

des portraits  de femmes exclusivement,

lui, le misanthrope misogyne, a son jardin secret : 

un amour fou de l'art et de ces visage femmes, (on reconnaît des

primitifs  flamands, renaissance  italienne, impressionnisme,

classicisme, chefs d’œuvre  français, anglais, italiens,  ...) 

 

 c'est là  son secret,



 

il acquiert  grâce à la complicité d'un vieil ami, Billy interprété par Donald  Sutherland  ( le "chirurugien- professeur de  golf "dans Mash  de Robert Atlman en 1970 )

 

Donald Sutherland dans le film italien de Giuseppe Tornatore, "The Best Offer" ("La Migliore Offerta"). 

peintre qu'il juge  raté, les toiles convoitées lors des enchères qu'il dirige, une petite escroquerie bien huilée,

 

il n'aime les femmes qu'en peinture,  et ces portraits, il les  garde jalousement dans une pièce secrète, sorte de  coffre fort de l’Histoire de la femme en peinture; la femme dans  tous ses  états, mais pas  de femme dans sa vie, en a-t-il d'ailleurs  jamais eu une ?

 

                 mais la vie réserve parfois bien des surprises.

 Appelé par Claire, une jeune héritière à estimer le contenu d'une ancienne villa héritée  de  ses parents disparus , le vieil antiquaire se prend d'un soudain intérêt pour cette étrange cliente qui lui tient tête et qu'il ne connaît qu'au travers d'une voix ensorcelante au téléphone.

The Best Offer : Photo Sylvia HoeksThe Best Offer : Photo Sylvia HoeksThe Best Offer : Photo Sylvia HoeksThe Best Offer : Photo Sylvia Hoeks

 Avouant souffrir d'agoraphobie depuis une dizaine d'années, cette jeune femme mystérieuse et invisible fascine tellement Virgil Oldman qu'il en tombe amoureux...

 

Et puis, il y a Robert, Jim SturgessJim Sturgess

 cet artiste d'un autre genre, spécialiste  es-rouages

d'horlogerie,il remonte des engrenages, des pièces  étranges

 fournies par Virgil qui les découvre progressivement

dans la villa de Claire,

 

un automate ?

 

nous verrons, le talent de Robert conjugué à la perspicacité

artistique de Virgil nous mèneront loin, et eux aussi...

 

 

 

FILM

 



Voici donc le point  de départ d'une histoire aussi fascinante qu'étrange, un brin d' Hitchcock, ou d'Edgar Poe, 

musique  d'Ennio Morricone que l'on retrouve  avec bonheur,  Geoffrey Rush, (l'incroyable thérapeute du "Discours d'un roi" ) les ingrédient pour un film captivant, 130 minutes  qui vous laissent sans voix, et dans l'attente du dénouement,  bien  fort celui qui le prévoit....

 L'amour de l'art, l'art de l'amour : Giuseppe Tornatore (Cinéma Paradiso) qui nous revient  avec une mise  en scène  de haut vol, dans une performance esthétique  parfaite, l'Italie,  Prague, 


Geoffrey Rush, éblouissant, élégant,  fin et ambigu à souhait,Geoffrey Rush dans le film italien de Giuseppe Tornatore, "The Best Offer" ("La Migliore Offerta").

 

un film virtuose dans lequel chacun joue  sa partition, le dénouement vous laissera ...non, je ne dis rien...

ce serait trahir le scénario que d'en révéler davantage

 

Ce film  ne sortira pas  dans les grands réseaux de distribution,

 

  bien sûr que non,  il faudra le bouche à oreille pour que le public bénéficie de ce moment  remarquable de  très grand cinéma,

retenez  bien

 

 

"The  Best Offer "

 

 

 

 

Molte grazie Signore Tornatore. 

 

 

 

 

Et pour rester dans la tonalité du film :

 



 

CADEAU, pour ceux qui auront lu jusqu'au bout, "The Best Offer "est déjà visible en streaming ( incroyable ! il est sorti en France  le 16 avril)  voici le lien :

http://papystreaming.com/fr/p/the-best-offer/

 

sélectionner  le lien  avec clic gauche puis   faire  clic  droit et aller direct sur le film, ou bien copier - coller, vous ne le regretterez pas

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique