logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/11/2017

11 novembre, mémoire, Les Tragiques

 

 

11 novembre, mémoire  

guerre de   14-18,armistice,11 novembre,lire,guerre de 14-18,mobilisation,monuments aux morts,jean rouaud,jacques tardi,e-m remarque,dorgelès,echenoz,barbusse,vercel,dugain,genevoix,louis guilloux,pierre lemaître,au revoir là-haut,goncourt,centenaire

Et   bientôt  centenaire de   cet anniversaire de l'horreur,

        

.... " déjà vous n'êtes plus que pour avoir péri."  

 

                         Aragon " le roman inachevé  1956

 

Retour dans le temps  :

 

                   1 août 1914 , il y a cent trois   ans

   

  tous les clochers   de   France sonnaient le tocsin,

  un siècle ! si loin  , si  proche, mes grands parents

  paternels avaient 23 et 24 ans et allaient   se marier,

  ils attendront quelques années...banale anecdote dans la

  fournaise de ces années sans nom.

 

 

 

guerre de   14-18,armistice,11 novembre,lire,guerre de 14-18,mobilisation,monuments aux morts,jean rouaud,jacques tardi,e-m remarque,dorgelès,echenoz,barbusse,vercel,dugain,genevoix,louis guilloux,pierre lemaître,au revoir là-haut,goncourt,centenaire

guerre de 14-18,monuments aux morts,armistice,jean rouaud,jacques tardi,e-m remarque,dorgelès,echenoz,barbusse,vercel,dugain,genevoix,louis guilloux,pierre lemaître,au revoir là-haut,goncourt,centenaire

"Il regarda tous les clochers de l’horizon l’un après l’autre, à sa gauche les clochers de Courtils, de Précey, de Crollon et de la Croix-Avranchin ; à sa droite les clochers de Raz-sur-Couesnon, de Mordrey et des Pas ; en face de lui, le clocher de Pontorson. La cage de tous ces clochers était alternativement noire et blanche.
Qu’est-ce que cela voulait dire ?
Cela signifiait que toutes les cloches étaient en branle.
Il fallait, pour apparaître et disparaître ainsi, qu’elles fussent furieusement secouées.
Qu’était-ce donc ? évidemment le tocsin.
On sonnait le tocsin, on le sonnait frénétiquement, on le sonnait partout, dans tous les clochers, dans toutes les paroisses, dans tous les villages, et l’on n’entendait rien."

Victor Hugo, Quatrevingt-treize, Première partie, Livre IV, 2

 

(Aures habet, et non audiet)

 

 

1914 les Français découvraient sur la porte des mairies l'ordre de

" mobilisation générale" invitant notamment trois millions de

réservistes à rejoindre dès le lendemain les 800.000 soldats en

service actif.

 

Deux jours après, l'Allemagne déclarait la guerre à la France et

débutait le premier conflit mondial, au cours duquel 8,5 millions de

Français seront mobilisés de 1914 à 1918.

 Celle que l'on croyait la der des ders

   à travers leur  jeunesse, leurs  vies  fracassées,  tranchées,  hôpitaux,

combats, désertions, mutineries, violence, horreur,  folie, courage et

lâcheté, côté français, côté allemand,

 

 

1 million  400 000 ,

 

   ils  furent  1 400 000  Français à n'en point revenir

des familles entières   dispersées, qui le père, un fils, deux fils, trois fils,

l'oncle,  les cousins, les amis, les  fiancés, les  voisins

 

  sur les Monuments aux Morts, atroce de    voir s'aligner le même

patronyme   précédé de prénoms différents.

  J'avais  été  bouleversée à Barcus, à Sainte Engrâce, ces petits bourgs du

 Pays Basque, qui payèrent un  tribut effroyable   et virent leurs forces

vives vidées, englouties;

 partout  en France,  regardez ces listes noires  gravées dans la  pierre,

elles nous rappellent l'horreur, l'arrivée des nouvelles  auprès des familles

martyrisées.

 

      Au total, la guerre  faucha  plus de  9 700 000 militaires

et 8 800 000 civils de par le  monde. 

 

 Quelques titres pour donner corps,  visages,  âmes , à ces  années terribles

et à leurs conséquences  sur la vie des Hommes

 

"Au revoir là-haut "

  extraordinaire Prix Goncourt 2013, lisez-le vite  et allez voir l'adaption  de Dupontel  pour le grand écran    si ce n'est déjà fait :

 

guerre de 14-18,monuments aux morts,armistice,jean rouaud,jacques tardi,e-m remarque,dorgelès,echenoz,barbusse,vercel,dugain,genevoix,louis guilloux

 

 

 

 

 

27/06/2012

L'Empreinte à Crusoé

             Connaissez -  vous Patrick Chamoiseau?

 

un nom qui chante pour une oeuvre qui enchante

 

Oiseau des îles, enfant de la Martinique,  auto proclamé " le Négrillon "  dans son ouvrage autobiographique  en deux  volumes    "Une enfance  créole "("Antan d'enfance " et  "Chemin d'école ")

récompensé par le Prix Goncourt pour son roman "Texaco" 1992

il vient  de  publier

" L'empreinte à Crusoé" (Gallimard, coll.blanche )

patrick chamoiseau,martinique,créole,goncourt,l'empreinte à crusoé

 

un roman foisonnant, qui relie par des passerelles arachnéennes, comme l'écriture de l'auteur, Defoe, Tournier et lui même. Une plongée dans la recherche éperdue de l'Autre

 

Le narrateur  découvre  son île au bout de   vingt ans pendant lesquels il a tenté  de la domestiquer,

 

par ses sens  enfin utilisés, il conquiert la connaissance.


Chamoiseau nous offre - là une oeuvre luxuriante comme l'île, une étude fine et précise de ce  que sont  le langage, l'altérité, le questionnemment sur la solitude

dans une  langue magnifique, imagée ,  bruissante, chantante et plus que  tout poétique;

 

 

un  livre que je n'ai pu lacher jusqu'à son terme, bercée par la poésie, éblouie par l'imagination de  Chamoiseau qui réinvente le mythe  de Crusoé, teinté par les variations  qu'avait apportées Tournier dans " Vendredi ou les limbes du Pacifique " et que l'on retrouve ici: passion pour la philosophie, recherche  de l'altérité, amour  de la langue


   Tante Astridelle s'y est immergée aujourd'hui, j'attends son avis, et les vôtres, si vous aimez la belle littérature, et les surprises...



..."le fracas des oiseaux sortait de  l'indistinct pour muer en gazouillements, sifflements, flûtes, cancanages et coin-coin...; ça caquetait, créquelait, gloussait et roucoulait de mille et douze façons, ce qui attirait mon attention sur des aigrettes, des gorges vives, des becs  bizarres, des miroitements  de plumes, et sur  des manières insolites  de voler ;les sources murmuraient; les rivières exhalaient des mélodies joyeuses ou tristes; les falaises devenaient des guitares; le tintamare diffus des moments de la journée se transformait en une  constellation que je pouvais identifier, et qui répandait comme une moire  orchestrale; cela donnait une autre vérité aux  espaces de lumière, aux lieux  d'ombre, aux multiples échelons d'altitude ou de  dégagement; une vraie sculpture sonore qui me permettait  de percevoir et le mouvement  du temps et les densités des différents endroits  qui se métamorphosaient au gré  de ce mouvement..."

J'avais entendu sur France Inter "le Grand Entretien " la rencontre P. Chamoiseau- Fr.Busnel, je le mets  en ligne, ainsi que  par les mêmes, un extrait  de la " Grande Librairie" 

 

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=371101


  Je suis maintenant plongée dans 


                   "Le grand  Coeur "

 

patrick chamoiseau,françois  busnel,le grand entretien,france inter,martinique,créole,goncourt,l'empreinte à crusoé,defoe,tournier,robinson,vendredi ou les limbe s du pacifique,la grande librairie


        de J C  Ruffin toujours en collection blanche Gallimard

une presque biographie  de Jacques Coeur, passionnant !

 

 

 

05/11/2009

Prix Goncourt 2009 attribué à ...

Note du 1° novembre 2009

__________

Précision

Je n'ai pas lu ce livre

parce qu'il a été récompensé

 le lundi 2 novembre 

par le Prix Goncourt

( je ne le fais jamais , je lis, point barre)

je l'ai lu,

 à sa sortie

parce que Marie Ndiaye

fait partie des écrivains remarquables 

 qui publient discrètement depuis fort longtemps,

et que la sortie d'un nouveau roman de sa plume

est un événement.

Celui là, plus  que tout autre,

n'en déplaise

aux empêcheurs de lire en rond

et aux mauvais lecteurs.

Je l'ai lu parce que je m'intéresse

aux sorties d'écrivains qui me touchent,

je l'ai lu sans m'attacher à la maison d'édition.

 

Si le Goncourt n'est pas un gage de qualité littéraire

"Trois Femmes Puissantes"

 alors

n'a pas besoin de prix pour être reconnu

comme une oeuvre majeure.

A suivre  dans les jours prochains,

un bref rappel du Goncourt

 des élus tombés dans l'oubli,

des oubliés en pleine gloire aujourd'hui.

-------------

demain,  à 13 heures,

sera révélé le nom du lauréat du prix Goncourt 2009

Je me risque au pronostic

avec" Trois Femmes Puissantes "

de Marie Ndiaye

chez Gallimard

 

un livre magnifique,

de la vraie grande  littérature,

une écriture forte sous une apparente douceur,

  fluide,

phrases incisives comme la lame, 

pour mettre à nu

trois personnalités de femmes d'exception.

Marie Ndiaye appartient au petit,

 tout petit peloton   de tête

parmi  nos plus grands écrivains.

***

lundi 13 heures

reconnaissance pour Marie Ndiaye

 

Lauréate 2009

du Prix Goncourt

un prix et une consécration

avec 5 voix contre 2

au premier tour

 

Ecrivain et dramaturge,

l'Afrique est pour elle plus un songe qu'une réalité.

"Trois femmes puissantes"

peur, angoisse,

détermination, refus de l'humiliation,

des battantes au coeur de la vie,

trois portraits  magnifiques sur fond d'Afrique,

 sans aucune complaisance.

mon goncourt.jpg

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique