logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/07/2018

Que l'été ne soit qu'une fête

Un songe ...

 

 Musique pour les  chaudes  journées

et les nuits adoucies,

musique   que j'aime à la folie, 

à déguster sans modération,  une interprétation  de Daniele  Gatti ,

avec un récitant du texte de Shakespeare 

Partie  chantée en anglais 

 


Même  oeuvre,autre  version,  pas  de recitant,  partie chantée en allemand

 

Deux couples d'amoureux transis,

 une dispute entre le roi et la reine des fées,

 une potion qui s'en mêle et une troupe de comédiens amateurs

 qui préparent une pièce pour le mariage d'un prince,

 tous vont s'entrecroiser

dans cette forêt étrange, un peu magique,

 le temps d'une nuit d'été ensorcelante qui ressemble à un rêve.

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

 

 

Félix Mendelssohn

 

a 17 ans lorsqu' il compose  cette musique de scène

pour la pièce de Shakespeare

 

 

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

"Le Songe d'une Nuit d’Été"

 

 

                                  Gute nacht

De très nombreux enregistrements,

vous n'avez  que  l'embarras du choix,

et par pitié,  pour  eux,

si des mariages se préparent autour de vous  ,

 dites bien aux futurs époux de  ne  pas  choisir

 la  marche nuptiale  du Songe,

parodie grinçante , mariage  d'un  âne...

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

e

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

shakespeare,mendelssohn,paavo järvi,claudio abbado,le songe d'une nuit d'été,musique,théâtre,fête,été

Oberon Titania.jpg

21/06/2018

Retour vers 1983 , 21 juin Fête de la Musique à Paris

  
  En ce soir de l'été 1983, Paris porte une tenue grisée mais 
douce

 agrémentée d'un vent qui promet déjà de forcir.

 C'est donc le 21 juin, jour de l'été,

choisi depuis l'année précédente pour célébrer la Musique

partout en France   . 1983, année  de lumière et de bonheur.

     Partis  de la place    de l'Europe, nous descendons vers le

centre de la ville pour une grande balade nocturne à la rencontre

de la fête.


       De Saint Lazare à l'Opéra, rien.

 

 Les rues sont désespérément calmes , pas une note, pas un son

qui sortirait des appartements, pas d'instruments , point de gens.


Où sont donc les Parisiens?

 

Où est donc la fête annoncée?

 

Plus nous nous rapprochons de la place de l'Opéra, plus nous

sentons que quelque chose se passe, que quelque chose se serait

concentré au cœur même de Paris, au Temple de la Musique et

de  la Danse.

Paris  fête  de la musique, Opéra,  Palais Royal, Carmen, jardin des  tuileries,  Brahms, quintette avec clarinette, passion, musique  , musique  de chambre, fête, institution

 

Paris  fête  de la musique, Opéra,  Palais Royal, Carmen, jardin des  tuileries,  Brahms, quintette avec clarinette, passion, musique  , musique  de chambre, fête, institution

 

Lieu magique et somptueux , ce soir  désacralisé.

 

 

    En haut des marches du Palais Garnier, une gigantesque sono

crache ses décibels dans la nuit maintenant tombée.

 Musique brésilienne: la foule écoute , mais ne participe pas.

 

 

 Levant les yeux, nous découvrons les machinistes de l'Opéra en

bleu de travail jambes ballantes dans le vide, assis en rang

d'oignon au bord du toit, entre les statues.


 Soudain un homme sort de la foule, se met à danser sans

retenue, symbole de la fête libérée et retrouvée.

 Il danse à contre temps, ne se soucie de rien, ne voit rien, fou

de bonheur, de rythme, ivre de décibels .


 A son tour, une grande fille rousse dégingandée quitte les rangs

sages, et le rejoint.

 

 

Étonnant contraste entre le cercle immobile et ces corps pulsés,

bousculés par la batterie.

 

 

 En eux la musique, et la fête éclate pour de bon, spontannée,

libérée, loin encore des institutions qui la muselleront  à l'avenir:

 

elle  se propage dans les corps et les cœurs.



  Nous quittons la place de l'Opéra livrée maintenant à la danse,

les oreilles vibrantes, nous rejoignions le Palais Royal.

paris,fête  de la musique,opéra,palais royal,carmen,jardin des  tuileries,brahms,quintette avec clarinette,passion,musique,musique  de chambre,fête,institution

 

 Parfois, à l'angle de deux rues, un jeune, un couple, harmonica,

tambour, guitare, ocarina, chacun à sa manière célèbre sa fête.

Paris s'émaille de sons échappés dans la nuit.


 Palais royal : lumières et colonnade, éclair pour l'œil, explosion

pour l'oreille.


 L'Orchestre de la Garde républicaine , éclatant de cuivres polis,

sanglé dans les uniformes de parade, fait claquer l'ouverture de

« Carmen » ; les enfants hurlent de joie , 

 

 

pas question d'écoute religieuse, mais une participation

bondissante et libérée, corps et âmes, à tout ce qu'offre cette

nuit.



 

Paris  fête  de la musique, Opéra,  Palais Royal, Carmen, jardin des  tuileries,  Brahms, quintette avec clarinette, passion, musique  , musique  de chambre, fête, institution Saint Roch,

les portes ouvertes , déverse des flots

d'orgue triomphal. 

 

 

 

 

 

Le vent s'est levé pour de bon, chargé des poussières

de la ville , des sons démultipliés se heurtent, s'entrechoquent ,

tournoient se marient  et se dispersent.





 Une clarinette solitaire perce la nuit ; nous en suivons le ruban

mélodique et pénétrons dans les Jardins des Tuileries.

Paris  fête  de la musique, Opéra,  Palais Royal, Carmen, jardin des  tuileries,  Brahms, quintette avec clarinette, passion, musique  , musique  de chambre, fête, institution

 


 Du sable soulevé par les bourrasques tièdes s'engouffre dans

les allées labyrinthiques.


 La musique nous guide.


      Assis sur un banc de pierre, un homme joue, seul.

 

 

A ses pieds , un radio - cassette diffuse la partie quatuor du

quintette avec clarinette de Brahms;

il joue, pour lui,   pour Brahms, pour la Musique,

       il joue sans nous voir, les yeux clos,

               tout entier immergé dans l'œuvre somptueuse,

              sa clarinette emplit l'espace des jardins.


 


    Ce 21 juin 1983 , sa contribution à la Musique s'ancre à tout

    jamais dans ma mémoire.

 

 

    Une larme de joie roule sur ma joue, je suis bien.

La musique,  

     ce n'est pas que le 21 juin, elle m'accompagne chaque jour,

     chaque heure , peut être  n'en ai-je jamais écouté comme ces

     derniers mois, et ne me demandez pas, à  la manière de

         Françoise  Sagan si j'aime  Brahms  ...!


   Mais  je ne sais pas encore que ce sera le seul 21 juin à

m'apporter ce bonheur indicible.

07/05/2018

De la musique avant toute chose

      Il y a quelques mois, lors d'un trajet en voiture, j'ai vécu  une

curieuse expérience.      

                    Je vous raconte  ?

 

  Quand  je conduis, j'écoute toujours la radio, blabla

inconsistant, infos deprimantes  en continu  ou  bien des cd  que je

choisis selon mon humeur du moment 

 

    Ce jour là , en  traversant la Haute Lande, longue petite route

rectiligne désertique,  mon attention était bien davantage fixée sur

le premier  trio de Brahms  que sur la conduite.

 

    J 'étais en  mode pilote automatique. 



Et soudain,  je pris conscience que je n'avais plus

                 aucune attention    à la conduite,  

aucune,   tant toutes mes perceptions  étaient

                                     captées par la musique.

       Une alternative  :

 soit  stopper Brahms,  soit....stopper la voiture.

    J'optais pour la seconde solution, et le nez de la Clio dans les

bruyères,  sous les grands pins , détachée de toutes contraintes,

je m'abandonnais au seul bonheur de l'écoute totale et libre jusqu'à

la fin du trio .

voiture,radio,musique,mendelssohn,schubert,ecoute,attention,concentration

      Pourquoi est ce que je vous raconte ça ?   A votre avis...

 

  C'est tout bête   :   l'écoute de la musique requiert la mise en jeu

totale  de l'attention, la plongée  dans l'oeuvre, la reconnaissance

et la distinction des plans  sonores. L'écoute n'est pas  un acte

passif mais une mise en tension , un acte qui exige de notre part

une totale  disponibilité . Et  soyez vigilants au  volant, au risque

d'un  problème.......

 

  Je vous propose de tenter l'expérience avec le second

mouvement de  la symphonie inachevée  de Schubert.

    Calez vous confortablement , fermez les yeux,  

ne regardez pas l'orchestre de la vidéo  et plongez sans retenue.

      Commencez par fixer votre attention sur la ligne la

plus grave, sans vous laisser séduire ni emporter par la ligne

supérieure.  

    Vous allez rapidement vous rendre compte de la

profondeur,  des superpositions des lignes mélodiques, des

interventions solistes de la clarinette,  du hautbois.... pas question

de conduire, de lire, de repasser...tous vos sens sont alors mis en

jeu, les 2 hémisphères cérébraux sont sollicités  intégralement. 

 

                Bonne découverte,  et belle fin de semaine.

 

29/01/2018

Un anniversaire tout en musique

    Samedi  matin,    au téléphone  avec les amis (es)

 

              Radio- Nanas, Radio -Blabla, Radio- Venin...

 

         point question  de livres politiques,  de  harcèlement  

 ( et pourtant ),

               de météo , et d'inondations  (et pourtant ...)

                        d'impôts     (et pourtant ...)  ,   ....

 

 

 

_______________________

    juste une évocation   de ce qui      a    compté  

                 vraiment pour nous    en  ce  27  janvier

 

 

____________________ 

 

 

 

         Salzbourg, il fait froid, très froid  en ce 27 janvier 1756

 

 

      Déjà 6 enfants sont nés au foyer de Léopold et d'Anna Maria;

il n'en reste que deux : le nouveau né du jour et sa sœur Maria

Anna,  Nannerl, de 5 ans son aînée. Peu de chances de voir survivre

Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus ,

signifiant « aimé de Dieu » baptisé dès le lendemain,

le rejeton survivra

 

  on connaît la suite...

 

 

 

Image décrite ci-après

.

 

IImage décrite ci-aprèsImage décrite ci-après

 

Image décrite ci-après

 

File:Manuscript of the last page of Requiem.jpg

 

 

File:K626 Requiem Dies Irae.jpg

Fichier: K626 Requiem Mozart.jpg

 

 

 

... sonates pour piano  seul, sonates piano violons, sonates  à  quatre mains,

  à deux pianos,

  concerti pour clarinette, pour piano,

  quatuors,  trios,  quintettes,

  opéras, Requiem,

          un très léger aperçu d'une  des  contributions majeures  à la  musique ...

on reconnait au passage  Clara  Haskil,  

Arthur Grumiaux,  

la direction de Nikolaus Harnoncourt,

 

 

Elisabeth  Schwarzkopf ,

parmi les "serviteurs exemplaires"  de Mozart

Daniel Baremboim, ...

 

 

 

 concerto  pour piano  n° 20 en ré mineur par l'inégalée Clara Haskil

 

 Cecelia Bartoli,  admirable dans les airs de concert puis dans Cosi


 

 

    Sonate  en ré majeur pour deux pianos  K448,

 Daniel Baremboim  et Lang  Lang

( trois vidéos pour les trois  mouvements ) 

 le second mouvement , l'andante, un des plus beaux  qu'écrivit

Mozart

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique