logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/03/2017

Tout en douceur

  au petit matin,  on revient avec le pain, avec des fleurs,

 

               Le café serré,  les macarons,

                                    la journée sera douce. 

 

 

 

pain,fleurs,panier,petites courses,macaron,expresso,café

Pain, fleurs,panier, petites courses,  macaron, expressjo

et  maintenant,  dans l'après midi, incroyable,

24 à  l'ombre

pain,fleurs,panier,petites courses,macaron,expresso,café

pain,fleurs,panier,petites courses,macaron,expresso,café

01/07/2016

On était encore loin des normes...

en Creuse, photo Georges Dupont

pain,baguette,2cv,campagne,livraison,bruxelles,contraintes,l'europe,ventes,francs

...les campagnes  vivaient, peinardes, la 2 CV    camionnette sillonnait les  petites départementales, on payait la  baguette  sans OGM  20 cts  - de francs, on  se  foutait  du joyeux  bazard poussiéreux  du coffre, des pognes calleuses du chauffeur qui prenait la pain à pleines  mains,  Bruxelles n'existait pas, ou alors  seulement dans nos têtes comme une ville exotique du  grand nord ! on était  nous aussi peinards, -enfin presque.  La vie, loin des contraintes qui nous tomberont sur le coin du bec, n'était pas un long fleuve tranquille, mais, vaille que vaille, ça n'allait pas  si mal.


  C'était dans un  autre temps... c'était une autre vie.

 

pain, baguette, 2CV, campagne, livraison, Bruxelles, contraintes, l'Europe, ventes, francs,

pain, baguette, 2CV, campagne, livraison, Bruxelles, contraintes, l'Europe, ventes, francs,

pain,baguette,2cv,campagne,livraison,bruxelles,contraintes,l'europe,ventes,francs

 

pain, baguette, 2CV, campagne, livraison, Bruxelles, contraintes, l'Europe, ventes, francs,

pain, baguette, 2CV, campagne, livraison, Bruxelles, contraintes, l'Europe, ventes, francs,

19/11/2012

Vous prendrez bien un vers? ou Histoire de pain sec, avec Victor et Jeanne

 

medium_tranché_tt_doré.jpg

 

 

*

Jeanne était au pain sec...

 

Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir,

 


Pour un crime quelconque, et, manquant au devoir,

 


J'allai voir la proscrite en pleine forfaiture,

 


Et lui glissai dans l'ombre un pot de confiture

 


Contraire aux lois. Tous ceux sur qui, dans ma cité,

 


Repose le salut de la société,

 


S'indignèrent, et Jeanne a dit d'une voix douce :

 


- Je ne toucherai plus mon nez avec mon pouce ;

 


Je ne me ferai plus griffer par le minet.

 

 

Mais on s'est récrié : - Cette enfant vous connaît ;

 


Elle sait à quel point vous êtes faible et lâche.

 


Elle vous voit toujours rire quand on se fâche.

 


Pas de gouvernement possible. À chaque instant

 


L'ordre est troublé par vous ; le pouvoir se détend ;

 


Plus de règle. L'enfant n'a plus rien qui l'arrête.

 


Vous démolissez tout. - Et j'ai baissé la tête,

 


Et j'ai dit : - Je n'ai rien à répondre à cela,

 


J'ai tort. Oui, c'est avec ces indulgences-là

 


Qu'on a toujours conduit les peuples à leur perte.

 


Qu'on me mette au pain sec. - Vous le méritez, certes,

 


On vous y mettra. - Jeanne alors, dans son coin noir,

 


M'a dit tout bas, levant ses yeux si beaux à voir,

 


Pleins de l'autorité des douces créatures :

 

 

*

 


- Eh bien, moi, je t'irai porter des confitures.

 

________

 

 

Victor HUGO,

 

 « L’Art d’Être Grand Père »

 

 

 

 

medium_conf_avec_cadre_rouge.jpg
medium_conf_pêches_brugnons.jpg
medium_tartine_et_abricot.jpg

*

 

*

13/02/2010

Mon pain quotidien

 

*

 

" La surface du pain est merveilleuse

 

d'abord à cause de cette impression

 

quasi panoramique qu'elle donne :

 

 comme si l'on avait à sa disposition

 

 sous la main les Alpes,

 

 le Taurus ou la Cordillère des Andes.

 

 Ainsi donc une masse amorphe

 

 en train d'éructer

 

fut glissée pour nous

 

dans le four stellaire,

 

 où durcissant elle s'est façonnée

 

 en vallées,

 

 crêtes, ondulations,

 

 crevasses…

 

Et tous ces plans

 

dès lors si nettement articulés,

 

 ces dalles minces

 

où la lumière avec application

 

couche ses feux,

 

-      sans un regard pour la mollesse ignoble

 

-       sous-jacente.

 

 Ce lâche et froid sous-sol

 

que l'on nomme la mie

 

a son tissu pareil à celui des éponges :

 

 feuilles ou fleurs

 

y sont comme des sœurs siamoises

 

soudées par tous les coudes à la fois.

 

Lorsque le pain rassit

 

 ces fleurs fanent et se rétrécissent :

 

 elles se détachent

 

alors les unes des autres,

 

 et la masse en devient friable…

 

Mais brisons-la :

 

car le pain doit être

 

 dans notre bouche

 

 moins objet de respect

 

 que de consommation. "

Francis PONGE

in  "Le Parti Pris des Choses "

 

 

 

medium_encadrement_sur_baguettes.jpg
medium_pains_de_mie_encadrés.jpg
medium_baguettes_encadrées.jpg
medium_gros_pain_encadré_de_brun.jpg
aaa_banettes.jpg

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique